Ghana : Kwame Bonsu, de la prison à la sélection

S’il y a des histoires à tomber debout, celle de Kwame Bonsu en est une. Ce joueur va vivre dans quelques jours sa toute première sélection avec le Ghana. Une joie probable qui contraste avec la lourde tristesse d’il y a quelques mois quand il était en prison en Suède.

Kwame Bonsu fait partie de ces joueurs qui ont eu la confiance du sélectionneur Ghanéen. James Kwesi Appiah a convoqué au total 24 joueurs pour le dernier match de qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations. Déjà qualifié, le Ghana va profiter pour faire une revue d’effectif face au Kenya le 23 mars et en amical le 26 mars face à la Mauritanie.  

Le milieu de terrain de l’Asante Kotoko va goutter pour la première fois aux délices d’une sélection. Et pourtant, il y a encore quelques mois, Kwame Bonsu était écroué en Suède, pays dans vers lequel il s’est envolé dès ses 19 ans en 2014.

Le Ghanéen a été accusé de violences conjugales et de viol par sa femme suédoise. Des faits qui se seraient déroulés en novembre 2015 à leur domicile. Même si le joueur a toujours nié ces accusations, les témoignages des proches de sa femme l’ont précipité au fond du trou. En juin 2017, Bonsu est condamné à deux ans de prison par le tribunal de Gävle. Une peine qui sera finalement allégée et réduite à 11 mois.

A sa sortie de prison en Juillet dernier, le Ghanéen voit son contrat avec son club Gefle IF résilié et est expulsé de Suède. Il est obligé de rentrer au pays. De retour, il s’engage avec l’Asante Kotoko en octobre 2018. Une signature bénéfique puisque le joueur se révèle important en coupe de la confédération.  A seulement 3 mois de la coupe d’Afrique des Nations, son profil plais beaucoup au sélectionneur ghanéen.

« J’ai tout perdu. Ces 11 mois ont été la période la plus difficile de ma vie, mais maintenant je suis heureux d’être dehors, heureux d’être de retour chez moi où j’ai grandi et parmi mes amis et ma famille et heureux d’avoir l’occasion de jouer au football avec Asante Kotoko… Quand j’étais en prison, j’ai appris à accepter le fait qu’il n’y a rien que je puisse faire pour changer la situation, alors j’ai utilisé le temps à disposition pour m’entraîner et lire autant que possible. (…) Je sais et je crois que je peux retrouver mon niveau. Je veux que les gens puissent me regarder et dire, ’après tout ce qu’il a traversé, il n’a pas abandonné’ » Confiait-ilrécemment au site 3news.com.

A cette allure il est en passe de devenir l’attraction de la prochaine coupe d’Afrique des Nations. De la prison à la sélection, sa détermination lui permet aujourd’hui de franchir les obstacles inimaginables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *