Togo: l’ANC pas d’accord avec le Ministre Payadowa Boukpessi

L’Alliance Nationale pour le Changement reste fidèle à sa logique de ‘’pas de réforme, pas d’élection’’. Cela se fait lire à travers un communiqué publié mardi par le premier vice-président du parti L’ANC Patrick LAWSON-BANKU.

«L’ANC élève une vive protestation contre le fait que le gouvernement annonce une fois encore des élections dans notre pays sans que n’aient été mises en œuvre à ce jour, les réformes politiques et électorales, que l’ensemble des populations togolaises appellent de leurs vœux comme préalables à toute nouvelle élection au Togo », précise le communiqué.

En effet, le 22 février 2019, le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales a invité, à son cabinet, l’ANC à une ‘’réunion d’information’’. Au cours de cette réunion le Ministre a porté à la connaissance de la délégation de l’ANC, l’intention du gouvernement d’organiser incessamment des élections locales, notamment communales et régionales.

Selon le communiqué l’ANC rappelle que c’est en raison de la non réalisation de ces réformes que les partis d’opposition, regroupés au sein de la coalition C14, n’ont pas pris part aux élections législatives du 20 décembre 2018.

Dans l’intérêt de la cohésion nationale et de la paix, l’ANC demande instamment au gouvernement, «de traduire dans les faits la volonté exprimée par le Premier Ministre quant à l’adoption des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales en attente, et d’engager sans tarder, une initiative courageuse en vue de leur mise en œuvre effective ».

«L’ANC exprime, conséquemment, sa réprobation de la persistance du régime RPT/UNIR à conduire les processus électoraux dans notre pays en passant délibérément sous silence la question primordiale des réformes prévues de longue date par l’APG (depuis août 2006) et reprises entièrement par la feuille de route de la CEDEAO du 31 juillet 2018, ainsi que les décisions du Comité de suivi du 23 septembre 2018, concernant notamment la CENI », poursuit le communiqué.

Le parti de Jean-Pierre Fabre se dit ouvert et disponible pour toute sollicitation allant dans le sens de la réalisation des réformes institutionnelles et constitutionnelles.

Il faut rappeler que l’ANC dans cette logique n’a pas participé aux élections législatives du 30 décembre passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *