TOGO: que cache le ’’remerciement’’ du PNP à l’endroit des autres partis de la coalition ?

« Le PNP remercie les partis politiques membres de la coalition pour le travail remarquable que nous avons accompli ensemble ». C’est en ces terme que le secrétaire national du Parti National Panafricain Dr Sama Kossi a remercié les autres partis membres de la coalition au cours d’une conférence de presse tenue jeudi à Lomé.

Que cache ce geste au moment où il y a une crise qui ne dit pas son nom au sein de la coalition ?  Veut-il faire cavalier seul ? Ceux sont des questions que nous nous posons à la rédaction de Africa Top Success.

Dans la foulée de cette rencontre avec la presse, les premiers responsables du Parti de Tikpi Atchadam sont longuement revenus sur la crise au sein de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition surtout la question concernant le conclave. Pour eux, le PNP n’étant pas d’accord avec les trois points à débattre au conclave, s’est mis à l’écart puisqu’il était demandé aux partis qui ne seront pas d’accord de s’abstenir.

Là où le bât blesse, c’est quand ces responsables disent que le PNP attend le relever de conclusion du conclave pour décider définitivement de son appartenance ou pas à la coalition.

Un autre point qui accroche, c’est quand le PNP parle d’un mot d’ordre qui sera « incessamment donné ».  A la question de savoir si c’est au nom de la coalition que le mot d’ordre sera donné ? Les conférenciers ont été vague dans leur réponse.

« Nous n’allons pas exposer nos stratégies ici… Mais retenez que le PNP n’a pour adversaire aucun parti de l’opposition. Notre adversaire c’est le RPT-UNIR» dixit le Dr Sama Kossi.

Considérant ces zones d’ombre et d’autres informations sur lesquelles nous reviendrons tout porte à croire que le PNP serait entrain de se désolidariser définitivement de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition.

Il faut également noter que le PNP a profité de la rencontre pour réitérer sa position face aux élections locales en vues. « Pas de réformes, pas d’élections » ont-ils encore clamé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *