Afrique du Sud: la stratégie du gouvernement pour promouvoir le textile local

Partagez ceci :

L’Afrique du Sud décide de booster son secteur du textile. Face à la concurrence de plus en plus accrue des industries étrangères, le pays a pensé à une approche nouvelle pour permettre à son propre marché local de grandir.

Comme le Ghana récemment, l’Afrique du Sud attaque le problème sur le coté des taxes. Mais d’une manière différentes. Contrairement au Ghana qui a annulé les taxes sur les produits du textile local, l’Afrique du Sud pense qu’il faudrait encore plus s’attaquer aux étranger.

La nation arc-en-ciel projette donc augmenter les taxes sur les produits textiles qui sont importés dans le pays. La nouvelle feuille de route pour protéger l’industrie textile de l’accroissement des importations bas prix sera présentée d’ici mars. L’annonce a été faite par Bulelani Magwanishe, ministre adjoint du Commerce et de l’Industrie.

L’idée est donc de permettre une meilleure compétitivité de l’industrie. Le dirigeant indique que l’exécutif a déjà augmenté considérablement les droits de douane pour permettre aux acteurs du secteur, de faire face à la concurrence étrangère.

Les produits textiles qui concurrencent le marché local proviennent de la Chine et des pays voisins de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Dans ces pays proches, les coûts de production sont beaucoup plus faibles.

L’Afrique du Sud prend désormais la mesure de la chose et espère corriger bientôt le tir. Car s’il est bien entretenu, le textile pourrait encore faire franchir un nouveau cap au pays et soutenir les professionnels du domaines.

A en croire les chiffres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le sous-secteur des vêtements a généré par exemple en 2017, près de 25 milliards de rands (1,8 milliard $). Il mobilise près de 14% de l’emploi manufacturier total.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *