Accueil / A la Une / Afrique du Sud : trois hommes inculpés pour racisme

Afrique du Sud : trois hommes inculpés pour racisme

Partagez ceci :

Les hommes avaient été filmés en train d’agresser des adolescents noirs dans une piscine de la station balnéaire Maselspoort.

Le racisme reste un sérieux problème en Afrique du Sud près de 30 ans après la fin de   l’apartheid. Les faits le démontrent encore. Une vidéo filmée le jour de Noël, montre des hommes en train d’agresser les adolescents noirs qui se trouvaient dans une piscine de la station balnéaire de Maselspoort, dans la province de Free State. Selon les agresseurs cette piscine était réservée aux blancs. Sur la vidéo, on peut voir des hommes tentant d’empêcher les adolescents d’entrer dans la piscine et le groupe de personnes blanches qui se baignaient à ce moment-là sortant de la piscine dès que les adolescents noirs y sont entrés.

Ces images auraient été précédées d’un vif échange au cours duquel les hommes ont interdit l’usage de la piscine aux garçons, insistant sur le fait qu’elle était réservée aux clients du centre de vacances. Les témoins ont expliqué à la police que les agresseurs n’auraient pas explicitement dit que la piscine était « réservée aux Blancs ».

Le père et oncle des adolescents, Brian Nakedi, a raconté à la presse être venu, à la demande des deux jeunes, expliquer à ces hommes « qui se trouvent être blancs » que les adolescents, logés sur place, avaient droit d’accéder à la piscine. « Ils ont dit que c’était un malentendu » mais dès son départ, la bagarre a éclaté.

Johan Nel, 33 ans, et Jan Stephanus van der Westhuizen, 47 ans présentés comme des agresseurs ont été inculpés pour racisme et violence. Ils ont été libérés sur avertissement et devraient comparaître à nouveau devant le tribunal l’année prochaine. « Les deux hommes ont comparu devant le tribunal pour des accusations de voies de fait simples et de crimen injuria et l’affaire a été reportée au 25 janvier 2023, tout en étant libérés sur avertissement », a déclaré le commissaire de police Baile Motswenyane. Le troisième suspect devait comparaître devant le tribunal jeudi.  

Cette situation est symptomatique d’un  regain de tensions raciales récurrentes.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »