Home / A la Une / Afrique du Sud : Zuma contraint de témoigner devant la commission anti-corruption

Afrique du Sud : Zuma contraint de témoigner devant la commission anti-corruption

Partagez ceci :

Jouant depuis plusieurs mois, au chat et à la souris, prétextant qu’il est traité comme un accusé et non comme un témoin, l’ex-président sud-Africain devra témoigner devant la commission chargée d’enquêter sur les malversations sous sa présidence (2009 à 2018). Jacob Zuma n’a pas le droit de rester silencieux, a conclu la Cour constitutionnelle sud africaine.

Dans son jugement rendu jeudi, celle-ci lui ordonne de comparaître devant la commission anti-corruption. Et surtout de témoigner.

En octobre dernier, il s’est même présenté devant la commission… sans prononcer un seul mot. Excédée, celle-ci avait alors saisi la Cour constitutionnelle.

C’est donc chose faite. L’ex-président va devoir répondre aux questions de la Commission qui a déjà entendu des dizaines de ministres, élus, hommes d’affaires ou hauts fonctionnaires qui ont déballé au grand jour les scandales de l’ère Zuma : l’utilisation de fonds publics pour rénover sa résidence privée ou bien l’attribution de marchés publics à des amis.

Même si les conclusions de celle-ci ne peuvent déboucher directement sur des inculpations, elles peuvent être transmises au parquet pour d’éventuelles poursuites.

Dans son jugement, la Cour constitutionnelle a d’autre part jugé inacceptable que l’ancien chef d’État entrave les enquêtes d’une commission qu’il a lui-même mise sur pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »