Benin: exclue des prochaines législatives, l’opposition manifeste ce jeudi

Toujours dans l’optique de dénoncer son exclusion aux prochaines législatives du 28 avril prochain, les forces de l’opposition ont appelé hier mercredi, l’ensemble de la population à une géante mobilisation ce jeudi 04 avril 2019, sur toute l’étendue du pays. Face aux professionnels de médias, l’opposition béninoise a d’abord fait l’état des lieux de la situation politique du pays. Elle a ensuite dénoncé le plan du régime qui ne veut respecter son droit de participation aux législatives prochaines.

Lire ci-dessous l’intégralité de leur déclaration.

Appel de l’opposition à toutes les forces vives de la nation

DECLARATION DE L’OPPOSITION
Mercredi, 3 avril 2019

Mesdames et Messieurs de la presse,
Militantes et Militants,
Béninoises et Béninois,

Notre pays est à la croisée des chemins et notre peuple comme un grand est appelé à répondre à l’appel de sa destinée.
Les premières élections qui doivent être organisées sous le régime de la rupture, nous conduisent inéluctablement vers l’incertitude.
Le 06 mars 2019, à l’occasion d’une rencontre avec certains responsables de la classe politique béninoise, le Chef de l’Etat a reconnu pour la première fois, l’impasse électorale et la mauvaise qualité des lois électorales, la charte des partis politiques et le code électoral, toutes deux imposées par sa majorité à l’assemblée nationale, au peuple béninois.

A cette occasion, le Président de la République, Monsieur Patrice TALON, a dit regretter l’absence des partis politiques autres que l’Union Progressiste et le Bloc Républicain, dans la course aux élections législatives de cette année.

Nous rendons publique la présente déclaration à la suite de la lourde responsabilité prise par les députés de la mouvance présidentielle, d’enliser le dialogue qui était institué en vue de la recherche de solutions consensuelles. Cette attitude inqualifiable est un mépris des attentes des populations qui supportent déjà mal la confiscation du débat par le parlement alors que ce sont les mêmes députés qui ont voté les lois ainsi querellées et taillées sur mesure pour faciliter la forfaiture au Chef de l’Etat, Monsieur Patrice TALON.

Depuis bientôt trois ans, l’opposition a toujours dénoncé la vassalisation des institutions et la confiscation de tous les pouvoirs par le Président de la République. Le peuple béninois en a eu confirmation avec la rencontre entre le Chef de l’Etat et les présidents des différentes institutions constitutionnelles élargie au président de la CENA et au Médiateur de la République, le lundi 1er avril 2019, pour une soi-disant concertation sur la crise pré-électorale qui secoue le Bénin.

Le communiqué lu par le porte-parole Joseph GNONLONFOUN, annonçait l’absence de consensus pour la tenue des élections inclusives, alors même que les débats n’étaient pas encore clôturés à l’Assemblée Nationale.
Ces deux actes sont à nos yeux des déclarations de guerre au peuple béninois. Les députés de la mouvance présidentielle comme l’ensemble des présidents des institutions de la République, ont choisi de tourner le dos aux aspirations profondes de paix des populations de notre pays. Ce faisant, ils s’exposent à nous désormais comme des adversaires déclarés de notre démocratie. Nous les combattrons comme tels.

La Constitution béninoise nous en donne les moyens ; le patriotisme nous l’exige. Il n’y a aucune concession à faire à l’arbitraire dont la caractéristique principale est de ne tenir compte d’aucune limite. Il est irrationnel, il est l’expression d’une inculture sociologique, politique et anthropologique absolue. Il est l’incarnation de la déraison.

En conséquence, notre pays, le Bénin ne dispose plus d’institutions de contre-pouvoir, gage de la sauvegarde et de la préservation des acquis démocratiques. Dans cette situation, seul reste le peuple lui-même pour se prendre en charge et sauver sa démocratie. Ce qui appelle à des sacrifices, le don de soi ; le patriotisme et la probité.

Devant la Communauté internationale et devant vous, Béninoises et Béninois, nous acceptons la mission qui nous incombe désormais : arracher nos institutions des mains du despote qui tente de tout asservir.

Les forces de l’opposition viennent solennellement, lancer un appel au peuple béninois, à la résistance au nom des moyens que nous accorde notre Constitution du 11 décembre 1990.

Béninoise et Béninois,

Nous ne reculerons devant rien !

Nous lançons un appel à tous les travailleurs du secteur public comme du secteur privé, aux enseignants dont les droits sont bafoués, aux magistrats qui sont désormais sous la terreur du Conseil Supérieur de la Magistrature politisé, aux policiers victimes d’injustices, aux étudiants auxquels les libertés sont arrachées et dont les avantages sont retirés sans juste cause, à la société civile, à toutes les femmes des marchés durement frappées par la gouvernance TALON, aux victimes des déguerpissements sauvages et inhumains, aux déflatés de la fonction publique, aux opérateurs économiques victimes des redressements fiscaux anormaux, à toutes les autres victimes de la gouvernance chaotique de Patrice TALON à resserrer les rangs face à la guerre qui est déclarée à notre peuple.

Nous vous appelons tous, dès demain, jeudi 04 avril 2019, à des manifestations géantes de protestation dans chacune de nos villes.

Sortons pour défendre cette démocratie confisquée.
Sortons pour dire non à l’imposture.
Sortons les mains libres avec des mouchoirs blancs.
Sortons pour exiger la justice.
Sortons pour dénoncer le complot des institutions.
Sortons pour arrêter l’arbitraire.
Sortons pour montrer au monde entier la souffrance de notre peuple.
Sortons pour refuser qu’on nous impose les 83 prochains députés.
Sortons pour affirmer la souveraineté de notre peuple.
Sortons jusqu’à ce que le consensus soit trouvé pour de véritables élections inclusives et transparentes.

Nous sommes désormais seuls face à notre destin. Et nous y ferons face.
La Patrie nous appelle !
La Victoire nous attend !
Que Dieu protège le Bénin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *