BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Burkina : une attaque terroriste contre une église catholique fait 15 morts
Au Burkina Faso, les incursions terroristes s’intensifient ces dernieres semaines.Dans la matinée du dimanche 14 novembre 202, les assaillants ont déclenché une attaque dans la province du Soum, dans le nord du pays qui a fait 20 décés sont dix-neuf gendarmes et un civil.selon RFI. Selon les informations, les hommes lourdement armés auraient pris d’assaut un détachement de la gendarmerie dans le Nord du pays dans la province du Soum aux environs de 5h00. Cette attaque qui a fait 20 morts est inaccepatable d’aprés le porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura« Des chiffres toujours difficiles à accepter lorsque nous avons des victimes depuis que nous sommes dans cette situation de guerre »,a-t-il déclare. « Nous avons subi une attaque lâche et barbare, mais les hommes ont résisté avec bravoure face à l’ens quenemi », soutient Maxime Koné, le ministre de la Sécurité.es Pour rappel, le vendredi 12 novembre dernier, une autre attaque avait fait 12 morts.

Burkina : une attaque terroriste contre une église catholique fait 15 morts

Partagez ceci :

Une attaque terroriste perpétrée dimanche, dans une église catholique dans le nord du pays à fait au moins 15 morts et deux blessés, a annoncé l’abbé Jean-Pierre Sawadogo, le vicaire général du diocèse de Dori, où l’attaque s’est produite.

« Nous portons à votre connaissance l’attaque terroriste dont à été victime la communauté catholique d’Essakane-Village, le 25 février, alors qu’elle était réunie pour la prière du dimanche », a écrit le vicaire général dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Le bilan provisoire fait état de 15 fidèles tués », a-t-il écrit : « 12 sur place et trois décédés au Centre de santé et de promotion sociale » à la suite « de leurs blessures », a-t-il précisé. 

Le bilan provisoire établi par le vicaire général fait également état de « deux blessés ».

Jean-Pierre Sawadogo dit souhaiter « la paix et la sécurité » au Burkina, fustigeant « ceux qui continuent de semer la mort et la désolation dans notre pays ».

Le Burkina Faso est confronté depuis 2015 à des violences jihadistes attribuées à des mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique qui ont fait près de 20 000 morts et plus de deux millions de déplacés internes.

Ces attaques ont parfois visé des églises dans ce pays, où des enlèvements de religieux chrétiens se sont également multipliés.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »