Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : 530 cartons de médicaments illicites saisis par la gendarmerie

Cameroun : 530 cartons de médicaments illicites saisis par la gendarmerie

Partagez ceci :

En plus de la cargaison de faux médicaments, deux suspects ont également été arrêtés par les éléments de la gendarmerie nationale.

La nouvelle fait le tour des réseaux sociaux au Cameroun. Selon la gendarmerie nationale, «un important stock de faux médicaments» a été saisi, dans la nuit du 12 novembre dernier. Il s’agit de 539 cartons contenant des médicaments  divers (anti inflammatoires, antibiotiques, analgésiques, antifongiques, sirop…) transportés dans une camionnette. La saisine a été opérée au lieu-dit barrage d’Imo à Nkongsamba, chef-lieu du département du Moungo (Littoral) situé à 145 km de Douala. Les médicaments étaient transportés dans une camionnette. Le chauffeur et un homme présenté comme le propriétaire de cette cargaison ont également été arrêtés et gardés à vue.

Après leur arrestation, les suspects ont tenté de corrompre les éléments de la gendarmerie. Un d’entre eux «s’est présenté à la compagnie de gendarmerie de Nkongsamba (qui a mené cette opération, Ndlr) avec la somme de 300 000 FCFA, avec l’intention d’amener les gendarmes à libérer la cargaison. Il a tout de suite été interpellé sur instruction du colonel commandant la légion de gendarmerie du Littoral, auditionné, puis placé en garde à vue au sein de ladite unité», rapporte la gendarmerie sur sa page Facebook.

Les deux hommes seront traduits devant le procureur de la République près le tribunal de première instance (Tpi) de Nkongsamba «dans les prochains jours», tandis que l’enquête ouverte au sein de ladite unité se poursuit pour mettre la main sur d’éventuels complices, d’après la même source.

Depuis le début de l’année, les autorités ont procédé à plusieurs saisies. En juin dernier, les gendarmes avaient saisi 128 cartons et trois ballots de faux médicaments à Nkongsamba. La cargaison était entreposée dans un entrepôt de fortune. Cette nouvelle saisie intervient au moment où le ministère de la Santé publique (Minsanté) multiplie les opérations de saisies à travers le pays, dans le cadre de la lutte contre les faux médicaments et la vente illicite des produits pharmaceutiques.

Chaque année, le trafic illicite des médicaments fait perdre à l’Etat 33 milliards de Fcfa, ce qui représente 7,0% des dépenses du gouvernement en matière de santé.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »