Accueil / Pays / Afrique Centrale / Cameroun : l’ambassade de France veut améliorer la qualité des services pour les demandes de visas

Cameroun : l’ambassade de France veut améliorer la qualité des services pour les demandes de visas

Partagez ceci :

Le 16 janvier dernier, Thierry Marchand, l’ambassadeur de France au Cameroun a conduit une visite de presse dans les locaux des services du consulat de France. La visite avait pour but de  permettre aux journalistes camerounais de « mieux connaître et comprendre les procédures d’accueil et de traitement des demandes de visa ».

Au cours de la visite, le diplomate français a déclaré que des travaux ont récemment été menés au service des visas pour le rendre plus accueillant et convivial.

« L’idée, c’est de créer des conditions pour que le service rendu aux usagers soit de meilleure qualité par rapport à ce qui se faisait avant », a-t-il indiqué.

Depuis la mi-2022, plusieurs dysfonctionnements avaient été observés sur la plateforme en ligne de prise de rendez-vous consulaire de l’ambassade de France à Yaoundé. L’ambassade imputait cette situation à des officines privées qui détournent l’ensemble des créneaux de rendez-vous proposés qu’ils « vendent à très fort prix » aux usagers.

« Nous rappelons que la prise de rendez-vous auprès du service des visas est gratuite. Aucun intermédiaire extérieur n’est agréé par l’ambassade de France au Cameroun », déclarait la mission diplomatique, le 10 octobre dernier sur son site Internet.

A la suite de ce dysfonctionnement, l’ambassade de France à Yaoundé a lancé, le 1er décembre 2022, un appel à candidatures pour « l’externalisation de la collecte des demandes de visa au Cameroun ».

La décision de la commission de sélection du prestataire du service extérieur est attendue le 4 avril prochain, indique la mission diplomatique.

Des centres externalisés de collecte de demandes de visas équipés de stations de biométrie fixe seront ouverts à cet effet dès le 2 octobre 2023, soit deux centres principaux à Yaoundé (Centre) et Douala (Littoral) et un centre délocalisé à Garoua (Nord).

Cette politique d’externalisation participe notamment de la volonté « d’amélioration de la qualité des conditions d’accueil des demandeurs face à une forte demande », explique le ministère français des Affaires étrangères sur son site Internet. 

Essama Aloubou 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »