Accueil / Pays / Afrique Centrale / Cameroun : l’Institut National de la Statistique vole au secours de l’État impuissant face à l’inflation
Cameroun

Cameroun : l’Institut National de la Statistique vole au secours de l’État impuissant face à l’inflation

Partagez ceci :

Dans un rapport qu’elle vient de publier, cette entité publique, appelle l’État à doper la production locale et réduire les importations.

Les chiffres de l’inflation au Cameroun sont alarmants. Selon l’Institut National de la Statistique (INS), en juin 2022, en raison de l’envolée des prix des produits alimentaires de 8,0 %, l’inflation au Cameroun a atteint 3,8 % contre 2,2 % pour la même période en 2021.

Pour porter main forte  à l’État afin d’atténuer cette situation qui impacte négativement le pouvoir d’achat des consommateurs, l’Institut national de la Statistique (INS) vient de faire des propositions au gouvernement.

Dans son dernier rapport, l’INS pense que l’une des premières mesures à prendre par le gouvernement camerounais est de doper la production locale à travers le développement des unités de production et de distribution des intrants agricoles (engrais chimiques, herbicides, semences, etc), ainsi que des infrastructures. Cela devrait améliorer l’offre et faciliter le transport des produits agricoles des bassins de production vers les marchés. « Dans sa volonté de stabiliser le niveau général des prix, à défaut de pouvoir inverser la tendance, le gouvernement devrait identifier des mesures additionnelles à mettre en œuvre en vue de soutenir les entreprises et les ménages. Dans cette perspective, la politique de transformation structurelle de l’économie et de diversification d’offre de biens et services mérite de s’accélérer dans sa mise en œuvre », détaille la note de l’INS.

L’INS propose ensuite de réduire les importations et de promouvoir la consommation des produits locaux substituables, tout en accélérant la réhabilitation de la Société nationale de raffinage et intensifiant l’aquaculture.

Selon les experts, les causes de l’inflation sont : l’insuffisance de la production nationale ; l’approvisionnement limité des grands centres de consommation du fait de la dégradation de certains axes du réseau routier ou ferroviaire ; les pratiques spéculatives de certains commerçants ; la transmission, certes partielle, des fortes hausses des coûts de production (notamment les matières premières et les intrants agricoles) sur les prix de vente aux consommateurs, ainsi que les difficultés d’approvisionnement, la faiblesse des stocks de sécurité et la pénurie de certains produits. Les produits importés quant à eux ont augmenté de  l’ordre de 3,6 %. Une hausse qui s’explique par les effets néfastes du Covid-19 et la crise ukrainienne.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »