Accueil / A la Une / Cameroun: Maurice Kamto crie à la fraude pour la prochaine présidentielle
Maurice Kamto
Cameroonian opposition leader of Movement for the Rebirth of Cameroon (MRC) and former presidential candidate Maurice Kamto gives a press conference on January 30, 2020 in Paris. - Cameroon's main opposition leader Maurice Kamto was released from jail on October 5, 2019 after a military court ordered his release at the behest of veteran President Paul Biya. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Cameroun: Maurice Kamto crie à la fraude pour la prochaine présidentielle

Partagez ceci :

A deux ans du prochain scrutin présidentiel au Cameroun, Maurice Kamto, l’opposant camerounais donne déjà l’alerte concernant les supposés actes de fraudes que le régime de Paul Biya préparerait.

 « Au cours d’une émission de grande écoute diffusée par une chaîne de télévision nationale, le mardi 12 octobre 2021, le Rdpc a annoncé, de manière sibylline, qu’au terme du renouvellement de ses organes de base, il compterait quelque quatre millions de militants encartés et à jour de leurs cotisations ! », écrit Maurice Kamto dans une déclaration ce mardi 26 octobre 2021.

Selon le principal opposant de Paul Biya, ces déclarations émanant de l’appareil politique, « RDPC », le parti du chef de l’État camerounais est révélateur du projet de fraude électoral massive que préparerait le régime qui régente le Cameroun pendant prés de 4 décennies déjà. « Bien au contraire, une telle annonce inquiète profondément, quand on cumule les fraudes sauvages perpétrées par ce parti en complicité active avec l’organe électoral, ELECAM, l’Administration, en particulier à travers l’ administration territoriale, la Justice dans tous ses démembrements, les médias publics et le Conseil Constitutionnel, lors du scrutin présidentiel historique d’octobre 2018 et du  double scrutin municipal et législatif de février 2020, le spectacle pitoyable de fraudes grossières que ses militants, et pas les moindres, ont offert à l’opinion publique lors du récent renouvellement des bureaux de ses organes de base », dénonce-t-il.

Aussi, celui qui est arrivé deuxième à la dernière élection présidentielle derrière Paul Biya a révélé au passage qu’un organe de sondage avait sur la base d’éléments frauduleux annoncé une supposée victoire de l’actuel chef de l’État Camerounais avant la proclamation des résultats.

« C’est le lieu de révéler que lors de l’élection présidentielle de 2018, la victoire du candidat du Rdpc avec 71,2% annoncée à l’avance par un faux sondage orchestré par le MINAT était basé sur le travail d’un logiciel de fraude développé par une des sociétés   alors impliquées dans la sécurisation des cartes nationales d’identité », a fustigé le président du MRC.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »