Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : mort tragique de Gabriel Dodo Ndoke, le ministre des mines

Cameroun : mort tragique de Gabriel Dodo Ndoke, le ministre des mines

Partagez ceci :

Gabriel Dodo Ndoke est décédé tôt ce matin, alors que la veille, il s’est rendu en pleine forme à son lieu de service.

Le malheur a encore frappé le gouvernement camerounais ce samedi 21 janvier 2023.

Au petit matin, Gabriel Dodo Ndoke le ministre camerounais des mines et de l’industrie technologique est mort.  

Pourtant, l’homme s’est rendu la veille à son bureau et a travaillé comme d’habitude.

Hier, il a reçu « en audience l’Ambassadeur d’Italie, pour échanger au sujet de la réhabilitation de la SCAN (société des conservatrices alimentaires du Noun, ndlr) » affirme l’un de ses collaborateurs.

C’est en 2019 que Gabriel Dodo Ndoke, fait son entrée au gouvernement. 

Né le 13 novembre 1971, Gabriel Dodo Ndoke était un haut commis de l’Etat qui a intégré l’administration camerounaise dans le Corps des inspecteurs des Impôts le 08 juillet 2002.

Diplômé de la prestigieuse Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) de Yaoundé, il était jusqu’à sa nomination Secrétaire général du ministère des domaines et du cadastre.

Marié, père de sept enfants, le natif de l’Est Cameroun a été tour à tour directeur administratif et financier à la Chambre de l’Agriculture, des Pêches, de l’Elevage et des Forêts du Cameroun, sous-directeur du budget, du Matériel et de la maintenance au ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Inspecteur-Vérificateur au Centre spécialisé des Impôts des professions libérales et de l’immobilier du Mfoundi, Inspecteur en service au Centre Régional des Impôts du Centre, Chef du Centre Divisionnaire des Impôts de Douala 14, Chef du Centre spécialisé des Impôts de l’Est et Inspecteur-vérificateur à la Brigade provinciale de contrôle et de vérification des entreprises de l’Est.

Gabriel Dodo Ndoke est un ancien élève conseillé principal de jeunesse et d’animation à l’Institut national de la jeunesse et des sports de Yaoundé, promotion 1998-2000.

Il était  en outre titulaire, d’une licence en droit privé francophone, d’une maîtrise et droit privé général, du diplôme d’études supérieure spécialisées en administration fiscale et du diplôme d’études approfondies en droit des affaires.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »