Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : Paul Biya perd un proche collaborateur

Cameroun : Paul Biya perd un proche collaborateur

Partagez ceci :

Le journaliste Christian Tobie Wangue, qui occupait le poste de  chargé de mission à la Présidence de la République   est mort hier à Brest en France des suites d’un cancer.

Christian Tobie Wangue n’est plus. L’ancien journaliste de la chaine nationale, la Cameroon Radio Television (CRTV), est mort lundi à Brest en France des suites d’un cancer. Christian Tobie Wangue meurt alors qu’il occupait depuis près de 12, le poste de chargé de mission au secrétariat général  de la présidence de la République. C’est donc un des plus proches collaborateurs de Paul Biya qui s’en va au moment où l’institution qu’il a servi pendant plus d’une décennie est sujette à plusieurs guéguerres intestines.

Au sein de la presse nationale, on se souvient du présentateur de l’émission « Signature » diffusée à la Cameroon Radio Television (CRTV). « La presse est en deuil, la profession perd un des journalistes les plus doués de sa génération, éclectique et iconoclaste. Un homme qui aimait lire. Eh oui, Christian Wangue aimait les belles lettres… En véritable précurseur, il aura été de tous les changements possibles de la communication », a déclaré la journaliste Marie Françoise Ewolo lors de l’hommage rendu à l’illustre disparu au 20h de la Crtv-Radio ce lundi soir.

« Un talentueux journaliste discret, sympathique, ingénieux et plein d’énergie. Un homme de culture ouvert à toutes les sensibilités. Je l’ai connu alors qu’il était un stagiaire académique à Cameroon Tribune, desk de Douala à l’immeuble du GMI (Groupement Mobile d’intervention). De mémoire, il ne me souvient pas que ce journaliste au profil d’athlète fondeur soit infréquentable. A ses nombreux voyages à Douala avant la présidence de la République, Christian Wangue était constamment disposé au partage de sa riche expérience professionnelle. Je l’ai perdu de vue depuis sa nomination au poste de chargé de mission au secrétariat général de la présidence de la République logé au Palais de l’unité. Repose en paix cher ami. Beaucoup de prières pour le repos de son âme. A sa famille durement éprouvée, mes sincères condoléances les plus attristées », a réagi Fernant Nenkam, ancien journaliste au quotidien gouvernemental Cameroon Tribune.

L’enseignant des Relations internationales, François Bimogo a écrit : « je pleure un si Cher Aîné. Je pleure une plume à la finesse de l’éclat du coton. Je pleure une âme sensible à l’excellence comme un enfant qui contemple les étoiles. Je pleure un Aîné à la bouleversante empathie. Je pleure le fils de Catherine, partie 24 ans trop tôt, qui la rejoint trop vite. Je pleure de pleurs sous un saule pleureur d’une amitié et d’une aménité sincères. Je pleure la discrète modestie et la modeste discrétion d’un Chargé de Missions au Secrétariat Général de la Présidence de la République. Je pleure un Communicant ascète. L’antidote de la mort est une vie de pleine conscience. La pleine conscience est l’âme immortelle de l’humain. La mort donne du sens à la vie. »

Diplômé depuis 1987 de l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information (ESSTI) l’ancêtre de l’actuelle  l’Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (Esstic), il a après son séjour à la CRTV,  servi à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (Iric), avant d’être recruté il y a 12 ans à la présidence de la République.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »