Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cemac : le concours de la Beac suspendu après des soupçons de népotisme et de corruption

Cemac : le concours de la Beac suspendu après des soupçons de népotisme et de corruption

Partagez ceci :

Le comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac), a suspendu le controversé concours de recrutement des agents d’encadrement supérieur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) et a annoncé  le  recrutement d’un cabinet international pour réexaminer  les résultats.

Mahamat Abbas Tolli, le gouverneur de la Beac, Banque des États de l’Afrique centrale qui regroupe le Gabon, le Congo, le Tchad, la RCA, la Guinée équatoriale et le Cameroun vient d’être désavoué par  ,. Cette instance a décidé d’annuler le controversé concours de recrutement des agents d’encadrement supérieur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), en raison des soupçons de népotisme et de corruption. Après avoir suspendu le concours, le comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale dit attendre un audit réalisé par un cabinet international qui sera recruté sur la base des termes de référence validés par le comité ministériel. 

Une victoire du ministre des Finances centrafricain Hervé Ndoba et également président de l’Umac.  Depuis la publication des résultats de ce concours, ce dernier n’a eu de cesse d’appeler à la tenue d’une concertation ministérielle pour étudier les dysfonctionnements qui ont émaillé l’organisation des épreuves et les soupçons de népotisme révélés après la publication de la liste des candidats admissibles.

Après la publication des résultats du dernier concours de la Beac, le gouverneur de la Banque centrale, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli, a été soupçonné par le ministre des Finances centrafricain, Hervé Ndoba, qui dirige également le conseil d’administration de la BEAC, d’avoir favorisé des proches. Dans un courrier adressé au gouverneur, Hervé Ndoba demandait   l’interruption du concours de recrutement. Mais Abbas Mahamat Tolli avait estimé que les accusations à son encontre étaient totalement infondées.

 « Je vous instruis de surseoir, de manière immédiate, à ce processus de recrutement », écrivait Hervé Ndoba dans un courrier daté du 1er août adressé au gouverneur de la BEAC.

Le gouverneur avait  reconnu que trois de ses proches avaient  réussi les écrits mais il dénonçait tout népotisme. « Je n’ai jamais été accusé de corruption ni de népotisme, ce n’est pas au détour d’un recrutement de la banque à une année et demi de mon mandat, que je vais commettre une telle forfaiture. », affirmait-il soutenant que rien n’interdit au sein de la BEAC a des proches de dirigeants de se présenter au concours de recrutement.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »