Accueil / A la Une / Comores : le président Azali s’apprête à un nouveau mandat, l’opposition en colère
Comoros Incumbent President and presidential candidate Azali Assoumani speaks with the press as he leaves a polling station after casting his ballot for the presidential election in Mitsoudje, on March 24, 2019. - Polls opened on March 24, 2019 in the tiny archipelago of Comoros, with President Azali Assoumani widely expected to win a new term in an election that rivals say has been hijacked. Some 300,000 voters are expected to turn out, with polling stations opening at 8:00 am (0500 GMT). (Photo by GIANLUIGI GUERCIA / AFP)

Comores : le président Azali s’apprête à un nouveau mandat, l’opposition en colère

Partagez ceci :

À trois jours du 26 mai, date d’investiture traditionnelle du nouveau chef de l’État, les tensions politiques sont exacerbées car un nouveau président aurait dû prendre ses fonctions. Cependant, le chef de l’État, Azali Assoumani, en exercice depuis 2016, a pu se présenter à sa propre succession et être réélu en 2019, après un changement de Constitution, en 2018.

Pour le président Azali Assoumani, cette réforme de la Constitution a remis les compteurs à zéro et son mandat court donc désormais jusqu’en 2024. Rappelons que le président en exercice a été déclaré réélu à la tête de l’Etat en avril 2019 par la Cour suprême à l’issue d’un scrutin contesté par l’opposition.

Celle-ci ne décolère pas et dénonce ce qu’elle considère comme une nouvelle manœuvre dictatoriale, ainsi que le souligne le secrétaire général du Front commun de l’opposition, Ahmed Barwane, au micro de notre correspondante à Moroni, Anziza M’Changama.

« Nous nous trouvons en face d’un écueil. C’est toujours Azali qui est le problème de ce pays. En fait, il est en train de traduire dans les faits son appétit de pouvoir… ».

Et Ahmed Barwane accuse Azali Assoumani de « vol électoral ». « Nous ne sommes pas pour la panique ni pour le désordre. Nous sommes un Front démocratique et tous les responsables politiques qui s’y trouvent luttent pour la démocratie et le départ d’Azali », a déclaré Ahmed Barwane.

Avec RFI




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »