Umalis Group
Home / A la Une / Décapitation de Samuel Paty: Charline Avenel, complice malgré elle

Décapitation de Samuel Paty: Charline Avenel, complice malgré elle

Partagez ceci :

Comment un jeune garçon de 18 ans a-t-il pu trancher de sang froid la tête de l’enseignant Samuel Paty dont le seul tort était d’avoir ri du “sacré”? Pour l’extrême droite française, la rectrice des Yvelines, Charline Avenel, une amie d’Emmanuel Macron, doit démissionner.

La décapitation de Samuel Paty, professeur d’histoire géographie, mettra encore beaucoup de temps avant de passer au registre des faits divers de l’actualité française. Tant le sang froid avec lequel Abdoulkakh Abouyezidovitch Anzorov, un jeune Tchétchène, avait tranché le cou de l’enseignant est glaçant, tout simplement.

Des cadres du Rassemblement national (RN) accusent Charline Avenel de vouloir “sévir” contre le professeur d’histoire géographie, ciblé lui-même sur les réseaux sociaux par un parent d’élève. Pour les journaux proches de La République en marche, il s’agit d’une “cabale” contre la rectrice des Yvelines. Selon ces médias champions dans le politiquement correct alors que la France se meurt, il s’agit “des propos tronqués montés en épingles”. Ils parlent , de “centaines d’internautes qui se livrent à la vindicte” contre Charline Avenel.

Comme il n’allait rien y avoir de la part de l’établissement, nous sommes partis avec la ferme intention de mobiliser pour une action devant l’établissement et devant l’inspection académique. Mais, dans l’après-midi, l’Inspection académique a contacté le parent d’élève et lui a exprimé son étonnement et qu’ils allaient sévir…”, a affirmé le militant islamiste radical Abdelhakim Sefrioui, qui assurait que le rectorat des Yvelines était du côté du père de famille dans sa cabale contre l’enseignant. 

 La menace était pourtant bien réelle!

Si l’on admet que les propos d’Abdelhakim Sefrioui ont été “tronqués et montés en épingles”, on est également en droit de s’étonner que la rectrice des Yvelines n’ait pas pris au sérieux les menaces à l’encontre de l’enseignant. La vidéo appelant à la mobilisation contre Samuel Paty n’était pas, elle, “tronquée et montée en épingles”. Pourquoi rien n’avait-il été fait pour protéger l’enseignant?

L’islam radical est une réalité en France. Le nier, c’est exposer le pays à toutes sortes de danger. Des mesures auraient pu être prises en amont pour éviter de devoir se fendre d’un juridisme nauséeux pour tenter de justifier l’injustiable et défendre l’indéfendable. Le combat contre le fondamentalisme islamiste doit transcender les barrières politiques. Que l’on soit de la gauche, de la droite, de l’extrême gauche, de l’extrême droite, du centre-gauche ou centre-droit, il ne faut surtout pas caresser le mal.

A noter que Charline Avenel, collègue de promotion d’Emmanuel Macron à l’ENA, a été nommée rectrice de l’Académie de Versailles. A l’occasion de la Journée de Lutte contre le Harcèlement, organisée en 2019 à l’école Charles-de-Gaulle de Clamart, dans les Hauts-de-Seine, Mme Avenel avait, au nom “vade-mecum sur la laïcité” transmis par le ministère de l’Education nationale, clairement affiché son indignation de voir des mères voilées “au sein de l’établissement”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »