Accueil / A la Une / Drame : un député se suicide au parlement, il laisse une lettre
Libyan National Transitional Council (NTC) fighter Nabil Ali Dagouich shows at a farm in Misrata on October 21, 2011 Moamer Kadafhi's golden gun after participating in the capture of Libya's late strongman the day before. The fighters at a farm on the outskirts of the city of Misrata that serves as their Al-Ghiran brigade base proudly exhibit the ousted leader's black boots, gold-plated gun and beige scarf. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES / AFP / PHILIPPE DESMAZES

Drame : un député se suicide au parlement, il laisse une lettre

Partagez ceci :

Comment comprendre le fait que l’un des anciens législateurs du pays est entré au Parlement avec un pistolet chargé avec lequel il s’est tué ? La police malawite a ouvert une enquête après le drame.

L’ex-vice président du parlement, Clément Chiwaya alias CC s’est tué par balle au bureau du greffier du Parlement le jeudi 30 septembre 2021.

Après avoir quitté le Parlement, C.C aurait payé pour un véhicule afin d’en être le propriétaire permanent. Mais depuis, il a eu des problèmes avec des fonctionnaires du Parlement au sujet du transfert de propriété.

Dans la lettre de suicide retrouvée après qu’il se soit suicidé, il mentionne le refus présumé du Parlement de lui céder le véhicule comme l’une des raisons pour lesquelles il a décidé de mettre fin à ses jours devant la greffière du Parlement, Fiona Kalemba.

« Bien qu’il aurait été plus facile de faire du mal aux autres avec les moyens dont je dispose, je ne veux pas que cela soit mon héritage. Mon cœur et mon esprit ont été abattus, non pas à cause d’une possession comme un véhicule, mais à cause de la mendicité persistante que je fais pour obtenir ce qui m’appartient », a-t-il signifié dans sa lettre.

« Je n’ai plus d’énergie pour continuer. Beaucoup d’entre vous ne me pardonneront pas, mais je suis abattu. J’ai atteint le bout du rouleau. Si je continue à vivre, je vais faire du mal aux autres et je ne veux pas que cela arrive. Je souffre déjà de mon syndrome post-polio qui empire chaque jour. En plus de cela, ces gens pensent que je demande la charité alors que c’est un véhicule que j’ai acheté avec mon propre argent« , peut-on lire dans la lettre de C.C découverte après son suicide, selon les médias locaux.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »