Home / A la Une / Elections en RDC: pourquoi ce silence de l’ONU autour des dysfonctionnements?

Elections en RDC: pourquoi ce silence de l’ONU autour des dysfonctionnements?

Partagez ceci :

En République démocratique du Congo, beaucoup s’interrogent sur le silence des Nations unies autour des dysfonctionnements et irrégularités dénoncés le jour du vote. La fuite d’une note d’information confidentielle adressée aux membres du Conseil de sécurité et signée par le patron des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, jette le trouble.

Mais le secrétariat général persiste et signe. « Même si des problèmes logistiques et techniques ont été rencontrés, cela ne concerne qu’une faible proportion de bureaux de vote », dit un porte-parole d’Antonio Guterres. D’autres rapports internes à l’ONU signalent des dysfonctionnements et anomalies le 30 décembre, mais la consigne donnée au personnel onusien ce jour-là était plutôt de rester loin des bureaux de vote.


« Nous n’avons pas le mandat de faire de l’observation électorale », justifie le secrétariat général de l’ONU. Pourtant, le jour du vote, si l’on en croit des rapports internes, l’ONU était informée d’agissements de plusieurs groupes armés, dont celui du chef de guerre Guidon Shimiray Mwissa mis sous sanctions du Conseil de sécurité depuis février dernier.

Avec ses alliés, l’UDPI, l’APCLS-rénové, il a perturbé les opérations de vote. « Dans le Masisi, après plusieurs tentatives de forcer les électeurs à voter pour le candidat de la majorité, les centres de vote de Bukombo et Nyabiondo ont été fermés par des éléments du NDC-rénové sous supervision de Guidon », dit l’ONU, et ce, sans intervention des forces sécurité.

Le jour du scrutin, l’ONU a documenté cinq cas de violences seulement et provoquées par des suspicions de fraudes, à Lurhala, Inonga, Bagata, Vanga, Mbandaka et Kananga. Cela va des passages à tabac des personnes incriminées à la mort d’un technicien de la Céni et d’un policier, en passant des bureaux de vote dans des lieux prohibés découverts par des élections.

En revanche, il y a des dizaines de violations du droit de vote et autres allégations de fraude électorale documentées par l’ONU, des intimidations, y compris par des agents de la Céni, des distributions d’argent et de nourriture, le tout pour influencer le choix des électeurs en faveur de candidats du FCC.

Finalement, comme tout au long du processus, il n’y a que très peu d’information de la division électorale de l’ONU qui emploie plus de 200 experts déployés dans toutes les antennes de la Céni, en soutien à la commission électorale.

Source: RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »