Accueil / A la Une / Erdogan envisage d’expulser 10 ambassadeurs de la Turquie

Erdogan envisage d’expulser 10 ambassadeurs de la Turquie

Partagez ceci :

Le torchon brûle à nouveau entre la Turquie et dix pays occidentaux notamment la France, l’Allemagne et les États Unis. Suite à la condamnation de l’opposant Osman Kavala à 4 ans de prison, certains pays dont les trois suscités, avaient appelé à la libération de ce dernier. Des réactions qui irritent le président turc Recep Tayyip Erdogan qui menace d’expulser leurs ambassadeurs de la Turquie.

Recep Tayyip Erdogan est en colère contre certains pays occidentaux entre autres : la France, l’Allemagne et les États-Unis.

Dans un communiqué officiel, la représentation diplomatique des États-Unis en Turquie a appelé à la libération immédiate de l’opposant Osman Kavala, qui vient d’être condamné par la justice turque. 

« Aujourd’hui, quatre ans se sont écoulés depuis le début de la détention en cours d’Osman Kavala. Les retards persistants de son procès, notamment en fusionnant différentes affaires et en en créant de nouvelles après un précédent acquittement, jettent une ombre sur le respect de la démocratie, de l’état de droit et de la transparence dans le système judiciaire turc », pouvait-on lire dans ce communiqué.

Plus loin le communiqué précise que  « les ambassades du Canada, de la France, de la Finlande, du Danemark, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège, de la Suède et des États-Unis d’Amérique estiment qu’une résolution juste et rapide de son cas doit être conforme aux obligations internationales et aux lois nationales de la Turquie ».

Cette prise de position de ces dix représentations diplomatiques en Turquie  agacent et frustrent Recep Tayyip Erdogan qui n’attend pas en resté là.

En effet, le président turc a réagi avec véhémence contre ces derniers et envisage même de les expulser.

« J’ai dit à notre ministre des Affaires étrangères que nous ne pouvons pas nous permettre de les accueillir dans notre pays », a affirmé le chef d’État turc, qui a rappelé que son pays est indépendant. « Est-ce à vous de donner une leçon à la Turquie ? », a-t-il interrogé.

Sans tarder, Mevlüt Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, a convoqué les ambassadeurs des dix pays concernés.

Il a qualifié d’inacceptable ces appels à la libération de l’opposant incarcéré.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »