Umalis Group
Home / A la Une / Éric Dupond-Moretti à l’épreuve de la lutte contre l’islam radical

Éric Dupond-Moretti à l’épreuve de la lutte contre l’islam radical

Partagez ceci :

Éric Dupond-Moretti est favorable au droit de la défense. Face aux attaques islamistes qui recommencent à frapper la France, quelle va être la posture de l’actuel Garde des sceaux?

Il y a tout juste trois semaines, une attaque au hachoir a été perpétrée devant les anciens locaux de “Charlie Hebdo”. Vendredi 16 octobre, Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie, a été décapité par un assaillant de 18 ans.

Quelques jours avant cet effroyable vendredi, Samuel Paty avait, lors d’un cours, montré les caricatures de Mahomet à ses élèves. L’assaillant, un jeune Tchétchène de 18 ans, a même tiré à “cinq reprises” avec une “arme au poing” en direction des policiers arrivés sur les lieux, avant d’être abattu.

Selon des sources judiciaires françaises, l’agresseur avait crié “Allah Akbar” avant que les policiers aient fait feu. Un second couteau ensanglanté, avec une lame de 35 cm, a été retrouvé sur place, selon le procureur anti-terroriste, Jean-François Ricard, qui a également annoncé que l’assaillant “a sollicité des élèves pour designer la victime”.

Le profil de l’assaillant

Abdoulkakh Abouyezidovitch Anzorov est né le 12 mars 2002 à Moscou, de parents tchétchènes. Il est arrivé en France, avec toute sa famille, à l’âge de 6 ans. Porteur d’un titre de séjour délivré le 4 mars 2020 et valable jusqu’en mars 2030, il bénéficiait du statut de “réfugié”. “Il était connu des services de renseignement” français pour sa radicalisation, mais en revanche connu des services de police pour des faits de droit commun.

A ce profil déjà inquiétant, vient se greffer celui d’un couple. En effet, parmi les neuf personnes placées en garde-à-vue dans la nuit de vendredi à samedi, figurent les parents d’une élève de Samuel Paty, l’enseignant décapité. Le père de cette élève avait porté plainte le 8 octobre pour diffusion d’image pornographique (un dessin de Mahomet nu et accroupi, avec une étoile sur les fesses). Le professeur avait en retour porté plainte pour diffamation. Le 7 octobre déjà, ce père avait appelé sur sa page Facebook à la mobilisation contre l’enseignant.

En plus de cela, le père avait diffusé une vidéo le 12 octobre, dans laquelle il ciblait l’enseignant et où l’on voit sa fille interviewée par un certain Abdelhakim Sefrioui, un militant islamiste très actif, lui aussi placé en garde-à-vue avec sa compagne.

Des enquêtes interminables

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour “assassinat en relation avec une entreprise terroriste” impliquant par ailleurs d’autres membres de la famille d’ Abdoulkakh Abouyezidovitch Anzorov, dont ses parents, son grand-père et son petit frère, et des membres de son entourage non familial.

Ce n’est pas la première qu’une enquête est ouverte pour des actes de terrorisme islamiste. En 2015, la France avait été durement frappée par des attaques islamistes. Le 7 janvier 2015, une partie de la rédaction du journal satirique “Charlie Hebdo” avait été décimée par un groupe de jeunes militants islamistes dont les frères Kouachi. S’en était suivie une série d’autres attaques dont celle de l’Hyper Cacher.

En novembre de la même année, une autre série d’attaques avait ciblé le Stade de France, le Bataclan et des terrasses de la capitale française. Si Abdelhamid Abaaoud, Brahim Abdeslam, Samy Amimour, Ismaël Omar Mostefaï, Bilal Hadfi, Chakib Akrouh ont péri lors des attentats, Sala Abdeslam, présenté comme le cerveau de cette boucherie humaine qui avait fait plus de 130 morts, a dû faire balader les enquêteurs pendant de longs mois avant de se voir infliger une peine de 20 ans d’emprisonnement.

En mars 2012, Mohamed Merah, le “tueur au scooter”, avait commis une série d’attentats à Toulouse et Montauban, exécutant froidement trois parachutistes puis, trois très jeunes enfants et un enseignant devant l’école Ozar Hatorah. Huit ans après, son frère, Abdelkader Merah aujourd’hui âgé de 37 ans, va devoir purger rune peine de 30 ans. Mais  sa défense tente tout pour faire réduire sa peine.

Dupond-Moretti à la barre!

La liste des attentats islamistes commis en France n’est pas exhaustive. Au-delà des condamnations de principe, des formules politiques et artifices juridiques, la France est plus que jamais face à la dure réalité de défiance de ses valeurs républicaines. Va-t-on continuer de caresser le terrorisme islamiste dans le sens du poil au nom du politiquement correct ou n’est-il pas enfin temps de sévir par la stricte application des lois anti-terroristes? Entre le “communautarisme” galopant et le “séparatisme islamiste” ‘décrété’ par Emmanuel Macron, la réalité des choses incline au réalisme.

Mais, Éric Dupond-Moretti, l’apôtre de la défense du droit à la défense, va-t-il pouvoir s’arracher à ses convictions personnelles pour donner à la France l’arme efficace contre le phénomène de l’islamisme?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »