Home / A la Une / Etats-unis : bonne nouvelle pour les demandeurs d’asile
Asylum seekers who have been rescued by the Aquarius rescue ship and another ship in the Mediterranean sea, hold an official document delivered by the French embassy in Malta, as they queue upon their arrival at Roissy-Charles de Gaulle airport, in Roissy-en-France, north of Paris, on August 30, 2018. - Before having departed Malta, they met members of the French Office in charge of Immigration and Integration (OFII) who verified they were fulfilling the conditions for asylum application in France. (Photo by ALAIN JOCARD / AFP)

Etats-unis : bonne nouvelle pour les demandeurs d’asile

Partagez ceci :

L’ancienne administration Trump avait bloqué les entrées de migrants aux frontières, obligeant les demandeurs d’asile à rester du côté mexicain de la frontière le temps de la procédure. Une vingtaine de jours après sa prise de fonction, Joe Biden compte abandonner cette politique.

Des dizaines de milliers de migrants qui vivent dans des abris précaires ou dans la rue du côté mexicain de la frontière avec les États-Unis attendaient cette annonce avec impatience.

Vendredi prochain, le 19 février, l’administration Biden va commencer à laisser entrer les demandeurs d’asile qui ont une procédure en cours.

Jusqu’à 3 000 dossiers examinés par jour

Quelques 25 000 personnes sont concernées. Elles sont en train d’être identifiées grâce à la coopération des ministères de la Justice et la Sécurité intérieure, du gouvernement mexicain et de plusieurs ONG.

Elles vont pouvoir s’enregistrer en ligne, et suivant l’ancienneté de leur demande, jusqu’à 3 000 par jours seront convoquées à la frontière avec le Mexique, à l’un des trois points de passage autorisés : deux au Texas, à El Paso et Brownsville, et un en Californie à San Ysidro. 

Un système plus « humain »

Après s’être soumis à un test Covid-19, qui doit s’avérer négatif sans quoi ils devront revenir plus tard, ces migrants seront placés « en détention alternative » sur le sol américain, et non en prison comme l’avait fait l’ancienne administration.

Le programme de maintien des migrants au Mexique avait été mis en place en 2019 à la demande de Donald Trump.

Les demandeurs d’asiles venus d’Amérique latine, mais aussi d’Afrique, vivent depuis deux ans dans des conditions précaires et sont la proie de cartels mexicains qui les prennent en otage contre des rançon ou les vendent comme esclave. 

Dans un communiqué diffusé vendredi, les États-Unis annoncent vouloir recréer un système d’immigration méthodique, sûr et humain.

Avec RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »