Home / A la Une / Etats-Unis : jeté en prison depuis l’âge de 16 ans, un noir refuse d’être libéré à 79 ans
Joseph Ligon

Etats-Unis : jeté en prison depuis l’âge de 16 ans, un noir refuse d’être libéré à 79 ans

Partagez ceci :

Emprisonné depuis l’âge de 16 ans, il passa près de 63 ans derrière les barreaux pour un double meurtre survenu lors d’une bagarre. Mais d’après les informations rapportées, il aurait certes participé au grabuge mais n’a cessé de clamer son innocence, niant avoir porté les coups fatals à l’arme blanche. Il semblerait pourtant que les juges aient tranché autrement le condamnant à perpétuité.

C’est le 20 février 1953 que, alors âgé de 15 ans, assiste à une danse et boit du vin avec quatre autres adolescents. Ils ont ensuite fini par voler et poignarder huit personnes à Philadelphie. Deux des victimes, Charles Pitts et Jackson Hamm, sont morts.

Ligon a été reconnu coupable et condamné à la prison à vie en 1953, à l’âge de 16 ans, en même temps que trois autres garçons, suite aux décès des deux hommes et aux blessures des huit autres. Ligon, malgré sa condamnation, maintient qu’il n’a tué personne puisqu’il n’a poignardé qu’une seule personne, qui a survécu.

A 79 ans, Ligon est aujourd’hui considéré comme le plus vieux et le plus ancien condamné à perpétuité au monde, ayant purgé 68 ans de prison. Ses coaccusés sont morts ou ont bénéficié de commutations, mais lorsqu’il a eu la chance d’être libéré, l’homme aux cheveux blancs a refusé.

En novembre 2016, il est devenu éligible pour une nouvelle peine suite à une décision de la Cour suprême interdisant la prison à vie sans libération conditionnelle pour les mineurs. Cependant, lorsque l’offre de 50 ans de prison qui le rendrait immédiatement éligible à une libération conditionnelle lui a été faite, il a refusé par principe.

« Son point de vue est le suivant : il a été incarcéré assez longtemps », a déclaré à l’époque Bradley Bridge, un avocat de l »Association des défenseurs qui représente Ligon, à la cour. « Il ne veut pas être en probation ou en liberté conditionnelle. Il veut juste être libéré. »

Ligon, bien sûr, voudrait être libre, mais il ne voulait apparemment pas le genre de liberté qui l’obligerait à rester sous le contrôle du département pénitentiaire de Pennsylvanie.

Cette même Pennsylvanie, affirme-t-il, n’a rien fait de bon pour sa famille après l’avoir enfermé.

« Mon petit frère a été assassiné dans le sud de Philadelphie. Mon père a été assassiné en Pennsylvanie », a déclaré Ligon. « Mon frère Jesse était marié à une femme, et son frère a été assassiné en Pennsylvanie et son père a été assassiné en Pennsylvanie. Il y a eu tellement de crimes en Pennsylvanie au sein de ma famille. »

En outre, Ligon a déclaré qu’il aimerait rejoindre sa sœur et sa nièce dans le New Jersey, mais que sa libération conditionnelle l’obligerait à rester en Pennsylvanie, ce à quoi il s’oppose.

Ligon, qui reste pratiquement analphabète, a grandi dans une ferme en Alabama. Il n’est jamais allé à l’école avant l’âge de 13 ans, lorsque sa famille a déménagé à Philadelphie.

C’est à Philadelphie qu’il a rejoint le gang qui s’est impliqué dans une série de coups de poignards en état d’ivresse. Identifié par ses complices comme étant le tueur, Ligon a déclaré qu’on lui avait dit de plaider coupable et qu’il ne savait pas que cela signifiait la prison à vie. Il n’était pas non plus présent lors de sa propre condamnation.

En mai 2017, Ligon a été condamné à 35 ans de prison, mais il a rejeté sa nouvelle condamnation pour la deuxième fois. « Il ne veut pas de la peine que le juge lui a infligée », a déclaré Bridge, cité par CBS Philly. « Il estime qu’après 64 ans de prison, il a été assez longtemps en prison. »

« Je veux sortir… pas de libération conditionnelle et pas de probation », a déclaré Ligon au juge.

Les rapports disent qu’il voulait que le juge et les procureurs réduisent sa peine à « la durée de détention. »

« C’est un bon gars et il mérite de rentrer à la maison comme n’importe qui d’autre », a déclaré George Peterson, qui a connu Ligon pendant 20 ans à Graterford et qui est maintenant libéré.

« Être en prison si longtemps, je pense qu’il s’est habitué à cette vie », a déclaré Peterson. « S’il avait la possibilité de rentrer à la maison, je pense qu’il pourrait s’adapter à cette vie aussi. »

Mais il y a eu des cas où des hommes sont sortis en liberté conditionnelle et se sont retrouvés en prison pour une infraction mineure, et c’est ce que Ligon veut éviter, a déclaré Bridge en 2017.

« S’il sort, il ne veut plus jamais revenir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »