Accueil / deux / Européennes 2019: LaREM, RN, La France insoumise…la traque aux « fake news » lancée

Européennes 2019: LaREM, RN, La France insoumise…la traque aux « fake news » lancée

Partagez ceci :

Haro sur les fausses informations. Alors que La République en Marche (LREM) et le Rassemblement National (RN) caracolent en tête des intentions de vote en vue des élections européennes prévue le 26 mai prochain, les partis politiques engagées dans cette course notamment les formations précitées n’hésiteront pas à combattre les « fake news ». Lesquels émergent déjà sur les réseaux sociaux.

Le message est clair: pas de place pour les fausses informations lors des Européennes 2019. Et les partis politiques s’organisent pour une riposte aux « fake news.

« Les fake news sont le bras armé de la RN et de ses alliés. », a déclaré le 15 février chez Le Monde, Stéphane Séjourné, le directeur de campagne de La République en marche (LREM) pour les élections européennes.

Selon ce dernier, rapporte France24, la propagation de fausses informations est devenue « un outil » au service d’un « bloc constitué autour des ultraconservateurs et des nationalistes » qui souhaiterait mettre à mal la « démocratie libérale ».

Un « danger » tellement pris au sérieux par La République en marche qu’une cellule « anti-fake news » y a récemment été mise en place.

A en croire Stéphane Séjourné, le dispositif sera composé de cinq salariés du parti, dédiés à plein temps à cette cellule, aidés par des militants bénévoles, pour faire un travail de veille, alerter l’opinion sur les réseaux sociaux, ainsi que les médias via une conférence de presse hebdomadaire.

En effet, Le Rassemblement national, avec lequel LREM est au coude-à-coude dans les sondages pour les européennes, n’hésite pas, en effet, à employer des contre-vérités.

Pour s part, Antoine Léaument, le responsable de la communication numérique de La France insoumise, pointe du doigt le jeu politique auquel LaREM et le RN se livrent.

Interrogé par France 24, il considère que la communication de La République en marche sur sa cellule anti-fake news relève davantage d’une stratégie de campagne globale visant à installer pour de bon un match entre LREM et le RN.

« On a une équipe ‘désintox’ qui a l’habitude de faire des articles détaillés pour répondre à la propagande de la majorité, qui prétend présenter de façon neutre certaines questions, notamment économiques, mais qui véhiculent toujours en réalité une opinion politique. Elle sera opérationnelle durant la campagne des européennes », explique Antoine Léaument.

« La diffusion des ‘fake news’ n’est pas l’apanage des formations extrémistes qui cherchent à discréditer l’Europe », abonde Stéphane Delpeyrat, en charge de la « cellule riposte » au sein de Génération.s, le parti de Benoît Hamon, contacté par France 24.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »