Accueil / A la Une / Expulsions  des Camerounais en Guinée équatoriale : l’attitude pacifiste de Paul Biya critiquée par le leader de l’opposition  

Expulsions  des Camerounais en Guinée équatoriale : l’attitude pacifiste de Paul Biya critiquée par le leader de l’opposition  

Partagez ceci :

Selon le député Cabral Libii, président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale et par ailleurs leader de l’opposition, le Cameroun doit appliquer la réciprocité après l’expulsion de ses ressortissants vivant en Guinée Équatoriale.

Le leader de l’opposition camerounaise Cabral Libii en a marre des expulsions des Camerounais en Guinée équatoriale. Dans un communiqué qu’il vient de publier, Cabral Libii dénonce une tradition de violations des droits des ressortissants camerounais en Guinée équatoriale.  « En réitérant notre total soutien à nos compatriotes ainsi sauvagement rudoyés, nous déplorons et regrettons toutefois la gestion excessivement prudente par l’Etat du Cameroun de ce énième incident. Pourtant la défiance de l’Etat équato-guinéen vis-à-vis du Cameroun et de ses ressortissants prend d’année en année, des proportions de plus en plus inacceptables. L’initiative de construire un mur de séparation à la frontière avec empiétement du territoire camerounais  en 2019 ainsi que la récurrence des violations des droits humains des migrants  camerounais sont des faits qui attestent du peu de délicatesse que cet Etat voisin accorde à ses rapports diplomatiques avec le Cameroun. »

Selon Cabral Libii, « à défaut d’actions immédiates de réciprocité et de rupture de relations diplomatiques,  toutes choses qu’il convient au demeurant d’envisager sérieusement nous demandons au ministre camerounais des relations extérieures d’appeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de Guinée Equatoriale au Cameroun afin de lui exprimer les vives réprobations et exaspérations du peuple camerounais ».

Il faut noter que depuis plusieurs années les ressortissants camerounais sont maltraités en Guinée équatoriale. Face à cela, plusieurs voix se sont élevées pour exiger une réaction du gouvernement camerounais. Seulement, Paul Biya a toujours mis la priorité sur une résolution pacifique des conflits avec ses voisins.  En 2020, par exemple, les tensions ont atteint leur plus haut point, lorsque la Guinée Equatoriale a unilatéralement entrepris d’ériger un mur à la frontière qui la sépare du Cameroun. Les travaux de construction de ce mur de séparation, long de 189 kilomètres et dont la Guinée Equatoriale a toujours nié l’existence, ont désormais été suspendus, quand Paul Biya avait dépêché Joseph Beti Assomo, le ministre de la Défense camerounaise à Malabo.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »