Umalis Group
Home / A la Une / Faire de la « députation » une carrière, c’est désormais possible au Togo !

Faire de la « députation » une carrière, c’est désormais possible au Togo !

Partagez ceci :

Les députés togolais ont voté mercredi soir une révision constitutionnelle limitant le nombre de mandats présidentiels à cinq ans renouvelable une fois. Mais aussi et surtout le leur à six ans renouvelable deux fois. La loi n’étant pas retroactive, la nouvelle Constitution autorise l’actuel président, Faure Gnassingbé à se représenter aux deux prochains scrutins, notamment en 2020 et 2025. Quant aux députés actuels, ils peuvent encore briguer trois mandats de six ans en plus celui en cours. D’où 23 ans au total.

Quatre vingt dix (90) députés sur 91 dont deux tiers issus du parti au pouvoir ont voté et adopté mercredi, le nouveau projet de révision constitutionnelle.

“Le président de la République est élu au suffrage universel, libre, direct, égal et secret pour un mandat de 5 ans, renouvelable une seule fois”, note le nouveau texte.

“Cette disposition ne peut être modifiée que par voie référendaire”, souligne le texte, précisant que les mandats déjà réalisés et celui en cours à la date d’entrée en vigueur de la nouvelle loi constitutionnelle “ne sont pas pris en compte”, dicte-t-il ensuite.

Idem pour les députés, dont le mandat est désormais fixé à 6 ans, renouvelable deux fois.

Bien que dans l’actuelle Constitution, les députés sont élus pour 5 ans sans limitation de mandat, il n’en est pas moins que les députés de la sixième législature peuvent effectuer 23 ans en poste s’il faut ajouter les cinq années en cours.

En effet, cette nouvelle proposition qui a été adoptée par le parlement pose la question des députés qui ne souhaiteraient pas quitter de si tôt, le parlement.

Pourquoi passer le mandat de 5 à 6 ans? Et ce renouvelable encore deux fois ? La question fait débat au sein de l’opinion !

En effet, certains acteurs de la vie politique togolaise soupçonneraient les nouveaux députés de vouloir s’éterniser à l’Assemblée Nationale, à la limite des « députés carriéristes ».

Inutile de rappeler que dans la fonction publique au Togo, le nombre d’année de service est de 30 ans. Il faut donc déduire qu’un député togolais de cette sixième législature, s’il veut briguer trois mandats supplémentaires, quittera le parlement à quelques années près de sa retraite.

Sacré Togo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »