Umalis Group
Home / A la Une / Fin du franc CFA : le Ghana prêt à abandonner le cédi pour se rallier à l’Eco

Fin du franc CFA : le Ghana prêt à abandonner le cédi pour se rallier à l’Eco

Partagez ceci :

Le gouvernement du Ghana, dans un communiqué en date du 28 décembre, a salué la décision des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA) le franc CFA au profit de la nouvelle monnaie, l’Eco. Pour les autorités, il s’agit d’un « bon témoignage de l’importance qui est attachée non seulement à la mise en place d’une union monétaire, mais aussi au programme plus large de l’intégration ouest-africaine ». Le pays de Nana Akufo Addo se dit déterminé à rejoindre prochainement ses voisins de l’UEMOA dans l’utilisation de la monnaie.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

DÉCLARATION DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU GHANA SUR L’ADOPTION DE L’ECO PAR L’UEMOA

Le gouvernement du Ghana a pris note de la récente déclaration faite le samedi 21 décembre 2019 par le président de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Son Excellence Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire , sur la décision prise par les huit (8) États membres ouest-africains de l’UEMOA de cesser l’utilisation du franc CFA, en faveur de la nouvelle monnaie commune proposée par la CEDEAO, l’ECO, à partir de 2020.

Il s’agit d’une décision bienvenue, que le Ghana applaudit chaleureusement. C’est un bon témoignage de l’importance qui est attachée non seulement à la mise en place d’une union monétaire, mais aussi au programme plus large de l’intégration ouest-africaine.

Au Ghana, nous sommes déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous permettre de rejoindre les États membres de l’UEMOA, bientôt, dans l’utilisation de l’ECO, car, selon nous, cela contribuera à éliminer les barrières commerciales et monétaires, à réduire les coûts de transaction, à stimuler l’activité économique et élever le niveau de vie de nos populations.

Le Ghana exhorte les autres États membres de la CEDEAO à œuvrer rapidement à la mise en œuvre des décisions des autorités de la CEDEAO, notamment en adoptant un régime de taux de change flexible, en instituant un système fédéral pour la Banque centrale de la CEDEAO et d’autres critères de convergence convenus, afin de garantir l’atteinte des objectifs monétaires de la CEDEAO, dans les meilleurs délais, pour tous les États membres.

Nous avons une occasion historique de créer une nouvelle réalité pour les peuples de la CEDEAO, une réalité de prospérité générale et de progrès. Alors, saisissons-la.

Eugene Arhin

Directeur des communications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »