Home / A la Une / Francophonie : retour timide du français au Rwanda
Louise Mushikiwabo

Francophonie : retour timide du français au Rwanda

Partagez ceci :

Au pays d’origine de la secrétaire générale de la francophonie (OIF), le français n’est, paradoxalement, plus une évidence, même s’il fait toujours partie des langues officielles du pays aux côtés du kinyarwanda, de l’anglais et du kiswahili. Autrefois langue de l’enseignement public, le français a été remplacé par l’anglais dans les écoles en 2008, alors que les relations entre Paris et Kigali étaient au plus bas. Aujourd’hui, il opère cependant un retour timide.

En cette journée internationale de la Francophonie, RFI a demandé aux étudiants rwandais leur avis sur la question.

Devant l’université de Kigali, Boris, étudiant en informatique, parle le français depuis l’enfance. « Pour moi qui parle français depuis toujours, c’est très important. Mais pour d’autres, c’est devenu une langue secondaire, je dirais. »

Selon lui, l’élection, en 2018, de Louise Mushikiwabo (photo), ancienne ministre des Affaires étrangères du Rwanda à la tête de l’OIF peut changer la donne.

« Ça va pousser les jeunes à s’intéresser à la langue française. Je vois ça déjà autour de moi. Et c’est nouveau parce que ça faisait longtemps que les gens ne s’intéressaient plus au français ».

Brice, 22 ans, est plus réservé. « Moi, je parle anglais à l’université, mais mes parents parlent le français. Beaucoup de gens considèrent qu’une fois qu’on est adulte, le français est très difficile à apprendre, et puis, certains n’aiment pas cette langue. »

Cette génération reste marquée par le passage abrupt du système scolaire du français à l’anglais en 2008. Lania a commencé ses études dans le privé en français, elle a eu du mal à se mettre à l’anglais quand elle est passée dans le public.

Et souhaiterait maintenant réapprendre la langue de Molière. « C’est une langue qui m’attire. Et je suis contente que le niveau et l’enseignement du français progresse dans le pays… »

En octobre 2020, 25 enseignants recrutés par l’OIF et l’office Rwandais pour l’éducation sont arrivés à Kigali dans le cadre d’un nouveau dispositif de mobilité internationale de la francophonie. Ils ont depuis pour mission de renforcer les capacités des établissements rwandais dans l’enseignement du français.

Mais la première langue du pays reste, et de loin, le Kinyarwanda, parlé par toute la population rwandaise.

Avec RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »