Gambie: le visage de Yahya Jammeh « rayé » sur les billets de banque

Partagez ceci :

Effacer l’ancien président de la mémoire collective. Plus de traces de Yahya Jammeh sur les nouveaux billets de banque émis par la Banque centrale de la Gambie. Celui-là qui a dirigé le pays pendant 22 ans sans partage, a vu son visage rayé des symboles monétaires. Une manière de conjurer les mauvais souvenirs des deux décennies de règne pendant lesquels certains biens du pays se confondaient avec sa propriété privée.

Mis en circulation depuis mercredi 7 août, informe notre source, les nouveaux billets de 50, 100 et 200 dalasis (la monnaie locale) ne sont plus estampillés de l’effigie de Yahya Jammeh, président du pays depuis son coup d’Etat de 1994 à son départ en exil vers la Guinée Equatoriale début 2017.

La Banque centrale de la Gambie et les nouvelles autorités ont décidé de retirer le visage de l’ancien président des nouveaux billets en circulation dans le pays.

Bakary Jammeh, gouverneur de la Banque centrale de Gambie, a expliqué ce nouveau changement de symbole par la volonté pressante du peuple de remplacer les billets sur lesquels figurait le visage du prédécesseur d’Adama Barrow.

Sur le recto des billets de 50, 100 et 200 dalasis, poursuit Afrique La Tribune, c’est la figure d’un oiseau qui est représentée.

Selon le billet, le verso est frappé de l’image d’un pêcheur travaillant en mer ou de celle d’un agriculteur travaillant dans une rizière.

« Une monnaie n’est pas une propriété personnelle et ne devrait pas arborer le visage d’un président en exercice. De nombreux autres Gambiens méritent de figurer sur ces billets en raison de leur rôle et de leur contribution à la lutte pour l’indépendance et le développement de ce pays depuis l’indépendance« , a commenté pour l’AFP, Madi Jobarteh, militant des droits de l’homme.

Le retrait de l’effigie de Jammeh sur les billets de banque intervient alors que les travaux de la Commission vérité et réconciliation poursuit ses auditions publiques. Les témoignages de plusieurs collaborateurs de l’ancien homme fort de Banjul enfoncent l’ancien président au rythme des révélations sur des crimes commis sous ses différents mandats. La justice gambienne tente de capitaliser sur ces éléments pour espérer juger Yahya Jammeh qui semble hors de portée en Guinée équatoriale.

Après le démantèlement de ces biens en Gambie et de ses réseaux parfois câblés jusque dans les rangs de l’armée, le retrait de son effigie sur les billets de banque est une des nombreuses actions pour tenter de l’effacer de la mémoire collective.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *