Ghana / Une campagne de protestation sur les réseaux sociaux tue un projet gouvernemental

TAB Group Business
Partagez ceci :

Des internautes ghanéens ont dit « NON » à un projet de construction par le gouvernement d’un nouveau siège de l’Assemblée nationale. A travers une vaste campagne sur les réseaux sociaux, baptisée #DropThatChamber (« Renoncez à ce Parlement »), des milliers d’internautes ont manifesté leur désapprobation totale à ce projet.

Alors que le nouveau parlement prévoit une capacité d’accueil de 450 députés et inclut une chapelle, une mosquée, un restaurant ainsi qu’un musée, la majorité des citoyens trouve que l’urgence n’est pas la mise en œuvre de ce projet ambitieux et coûteux. Notons que le gouvernement ghanéen a emprunté à l’Inde 200 millions de dollars (soit 178,4 millions d’euros) pour construire ce nouveau bâtiment.

Une manifestation est d’ailleurs prévue à cet effet ce samedi 13 juillet. Cependant, face à la pression populaire, Accra renonce finalement à la construction du nouveau siège du parlement.

Notons que le Ghana est donné comme un exemple démocratique et de bonne gestion des affaires publiques en Afrique subsaharienne. Ainsi, la société civile du pays est très active. Internet et les réseaux sociaux constituent un moyen de prise de parole et de pression sur les institutions.