Grace Geyoro (PSG) : « Gagner un titre avec le PSG c’est quelque chose dont j’ai rêvé toute ma vie »

Partagez ceci :

Ça doit te rappeler un peu des souvenirs, des conditions climatiques que tu avais vécu en U19 (finale de l’Euro en 2016) ? 

Oui, c’est ce qu’on disait. On avait vécu exactement la même chose et au final on avait gagné. C’est un peu le même scénario et aujourd’hui je pense qu’on le mérite. Au regard de l’année qu’on a passé, les situations qu’on a vécu. C’est magique d’avoir gagné !

Explique-nous ce que tu ressens avec cette médaille de vainqueure autour du coup ? Après les déceptions de l’an dernier. 

Ça représente beaucoup. On est à la place du gagnant cette fois et je pense que c’est l’une des meilleures place au monde. Pour rien au monde je ne voudrais échanger ma place. Pouvoir soulever le trophée c’est quelque chose de beau. On s’en souvient longtemps, ça reste gravé.

On a vu qu’il faut faire beaucoup d’efforts pour terrasser cette équipe lyonnaise. 

Exactement. Je pense que vous l’avez vu dans le match, il y a eu beaucoup de solidarité, de gros efforts qui ont été faits. Que ça soit du début à la fin, notre entame de match, le début de la deuxième mi-temps, on n’a rien lâché. Et au final, ça a payé.

Dans une interview d’avant-match tu avais dit avoir préparé quelque chose. C’est la victoire finalement que vous aviez préparé ? 

Bah oui, c’est ce qu’on avait préparé. Et on a gagné. Donc mission accomplie (sourire).

Le coach qui claque la porte, le train manqué la veille de match, puis les orages pendant le match… Ça facilite pas la vie tout ça. 

Sans le savoir, cela a donné une grosse solidarité supplémentaire dans l’équipe. On était vraiment renforcées. On s’est dit qu’il fallait se battre pour nous, pour le club. Et c’est ce qu’on a fait aujourd’hui.

En tant que « titi » parisienne, de ramener enfin un premier trophée, après 8 ans d’attente…

(elle coupe) En plus ! C’est vrai que c’est bien de gagner en jeune mais de gagner avec les A au PSG c’est quelque chose de très fort.

On parle souvent de la culture de la gagne au Paris Saint-Germain, qui est un peu perdue. Est-ce que ça, ça va permettre de passer un nouveau cap ? 

J’espère. Après comme Bruno [Cheyrou] a dit à la causerie, c’est une nouvelle ère. On entre dans quelque chose de nouveau et on a envie de travailler pour. Le fait d’avoir gagné aujourd’hui ça ne peut que nous motiver.

La fête va être belle ? 

Vous allez voir. Franchement vous allez voir avec les réseaux sociaux (rires).

Est-ce que cette saison plus compliquée avec de nombreuses remises en question c’est ce qui vous a permis de décrocher la victoire aujourd’hui ? 

Bien sûr. Ça nous a beaucoup remis en question. On s’est aussi appuyées sur la saison dernière. Sur les finales perdues. Et aujourd’hui on en gagne une et, pour Laure [Boulleau] déjà c’est quelque chose de grand. Elle l’attendait, et puis pour nous aussi c’était important.

Tu peux nous parler du but de Katoto un peu ? 

C’est un beau but. Puis c’est un très gros symbole puisqu’elle a été formée au club. C’est quelque chose de beau.

Ça passe par là aussi l’avenir du PSG ? S’appuyer sur les jeunes formées au club ? 

Je l’espère. En tout cas nous, c’est notre rêve. Moi, c’était mon rêve depuis toute petite. Aujourd’hui je l’ai un petit peu réalisé, puisque gagner un titre avec le PSG c’est quelque chose dont j’ai rêvé toute ma vie. L’avoir fait c’est beau, surtout à mon âge.

Morgane Huguen & Dounia MESLI