Accueil / People / Grève de la faim: le cinéaste Oleg Sentsov compte déjà 142 jours
In this handout photo taken on Friday, Sept. 28, 2018 and released by Russian Federal Penitentiary Service, a doctor examines imprisoned Ukrainian filmmaker Oleg Sentsov in the hospital in Labytnangi, Yamalo-Nenets region, Russia. Sentsov, an opponent of Russia's 2014 annexation of Crimea, was sentenced to 20 years in prison in 2015 for conspiracy to conduct terror attacks, charges that he denies. (Russian Federal Penitentiary Service via AP)

Grève de la faim: le cinéaste Oleg Sentsov compte déjà 142 jours

Partagez ceci :

Oleg Sentsov est qualifié de « kamikaze ukrainien » par son avocat, qui le dit « prêt à mourir ». Le réalisateur a connu son 139e jour sans s’alimenter le samedi dernier, a rapporté Le Monde.

Sentsov avait entamé une grève de la faim le 14 mai dernier pour exiger la libération de tous les « prisonniers politiques » ukrainiens détenus en Russie.

Arrêté en Crimée après l’annexion de la péninsule par la Russie en 2014, Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de détention pour « terrorisme » et « trafic d’armes » à l’issue d’un procès qualifié de « stalinien » par Amnesty International et dénoncé par Kiev, l’Union européenne et les États-Unis.

Les pays du G7 ainsi que de nombreuses personnalités du monde culturel, comme le cinéaste suisse Jean-Luc Godard ou l’acteur américain Johnny Depp, ont appelé à la libération d’Oleg Sentsov.

Le 10 août, le président français Emmanuel Macron avait fait par téléphone « plusieurs propositions » à son homologue russe Vladimir Poutine afin de « trouver de façon urgente une solution humanitaire ». Rien n’a filtré depuis concernant les suites données par Moscou à ces propositions.

Malgré les déclarations alarmistes de ses proches concernant la dégradation de son état de santé, le Kremlin a répété à plusieurs reprises qu’une grâce présidentielle ne pouvait être accordée qu’à la demande du prisonnier, ce qu’Oleg Sentsov se refuse à faire.

Kiev a cependant balayé cet argument, rappelant que la pilote militaire ukrainienne Nadia Savtchenko, emprisonnée en Russie puis libérée lors d’un échange de prisonniers en 2016, n’avait jamais demandé à être graciée.

La Russie et l’Ukraine sont à couteaux tirés depuis l’arrivée au pouvoir, à l’hiver 2013-2014, de pro-occidentaux à Kiev, suivie de l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou et du déclenchement d’un conflit armé dans l’est séparatiste prorusse du pays, qui a fait plus de 10 000 morts à ce jour.

Dans une lettre publiée vendredi et transmise aux autorités ukrainiennes, le représentant du Kremlin pour les droits de l’Homme, Mikhaïl Fedotov, assure que le réalisateur se trouve « sous surveillance médicale 24 heures sur 24 » et confirme qu’il reçoit des compléments alimentaires.

Son état y est qualifié de « stable sans évolution négative » et sans menace pour sa vie. N’empêche que sur ces dernières photos diffusées, le cinéaste apparaît affaibli, amaigri et vieilli.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »