Accueil / A la Une / Haïti : le Premier ministre impliqué dans l’assassinat du président ?

Haïti : le Premier ministre impliqué dans l’assassinat du président ?

Partagez ceci :

Que reproche-t-on à Ariel Henry ? Le Premier ministre haïtien aurait eu des appels téléphoniques avec l’un des principaux suspects du meurtre du président Jovenel Moïse. C’est en tout cas le grief formulé par Bed-Ford Claude, le chef du parquet de Port-au-Prince, qui a demandé mardi 14 septembre, l’inculpation du chef de gouvernement. Mais à la surprise générale, ce dernier a limogé son accusateur, le procureur de la République.

Après la mort du président haïtien Jovenel Moïse, abattu chez lui à Port-au-Prince par un commando armé le 7 juillet, Bed-Ford Claude a adressé une lettre au tribunal de première instance de la capitale mardi.

Dans celle-ci, le commissaire du gouvernement, un poste équivalent à celui de procureur, demandait au juge en charge de l’enquête sur l’assassinat d’inculper le Premier ministre, Ariel Henry.

 Samedi dernier, le Premier ministre avait balayé ces accusations : « Les manœuvres de diversion pour semer la confusion et empêcher la justice de faire sereinement son travail ne passeront pas ! Les vrais coupables, les auteurs intellectuels et les commanditaires de l’assassinat odieux du président Jovenel Moïse, seront trouvés, traduits en justice et punis pour leur forfait. »

Menacé d’inculpation, Ariel Henry a limogé Bed-Ford Claude quelques heures plus tard.

« J’ai l’avantage de vous informer qu’il a été décidé de mettre fin à votre fonction », a indiqué le chef du gouvernement dans une lettre rendue publique.

Il estime que le commissaire du gouvernement s’est rendu coupable d’une « faute administrative grave ».

Dans la foulée, l’avocat Samuel Madistin déplore une politisation de la justice par les deux clans qui s’affrontent au sein du gouvernement.

Face à ce bras de fer entre la primature et le ministère de la Justice, le mystère sur les commanditaires et les motifs du meurtre du président reste entier.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »