BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Haïti : Un gouvernement de 14 ministres, dont 4 femmes, pour la sécurité

Haïti : Un gouvernement de 14 ministres, dont 4 femmes, pour la sécurité

Partagez ceci :

En Haïti, le nouveau gouvernement, composé de quatorze (14) ministres dont quatre femmes, s’apprête à prendre les rênes du pays pour restaurer la sécurité. Cette annonce intervient deux semaines après la nomination du Premier ministre, Garry Conille. Le décret officialisant la composition du cabinet ministériel a été publié mardi 11 juin 2024 avec une installation prévue pour le mercredi 12 juin 2024.

Parmi les quatorze ministres chargés de diriger dix-huit départements ministériels, certains assument des responsabilités multiples. Par exemple, le Premier ministre Garry Conille, en plus de son rôle principal, supervisera également l’Intérieur et les Collectivités territoriales.

Dominique Dupuy, représentante d’Haïti à l’Unesco, se voit confier les portefeuilles des Affaires étrangères et des Cultes, ainsi que ceux des Haïtiens vivant à l’étranger. Ketleen Florestal, qui a une expérience au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale, prend en charge l’Économie et les Finances, ainsi que la Planification et la Coopération externe.

Certains membres du gouvernement sont déjà familiers du grand public, tels que maître Carlos Hercule, nouveau ministre de la Justice et de la Sécurité publique, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince et ex vice-président du Conseil électoral provisoire. Georges Wilbert Franck, un syndicaliste, assume le ministère des Affaires sociales et du Travail, tandis qu’Antoine Augustin, professeur, est désigné ministre de l’Éducation nationale et de la Communication.

D’autres personnalités moins médiatisées rejoignent également le gouvernement, telles que Marie Françoise Suzan, nommée ministre à la Condition féminine et aux Droits des femmes, ainsi que Niola Lynn Sarah Devalis, qui prend en charge la Jeunesse, les Sports et l’Action civique.

Ces nominations sont accueillies favorablement par certains acteurs et citoyens, mais l’attente principale demeure que le nouveau gouvernement prenne des mesures concrètes pour restaurer la sécurité dans le pays, gravement affecté par la violence des gangs




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »