Accueil / A la Une / « Ils m’ont frappé avec leurs bottes….ils ont tiré ma virilité et m’ont serré les testicules… j’ai gémi dans la douleur », le récit poignant de l’opposant ougandais Bobi Wine

« Ils m’ont frappé avec leurs bottes….ils ont tiré ma virilité et m’ont serré les testicules… j’ai gémi dans la douleur », le récit poignant de l’opposant ougandais Bobi Wine

Partagez ceci :
Accusé d’avoir lancé des pierres sur le convoi du président Museveni puis inculpé pour trahison, le chanteur et député d’opposition ougandais Bobi Winea a passé deux semaines en prison avant de pouvoir aller se faire soigner aux Etats-Unis.
Dans un long billet publié lundi dernier sur sa page Facebook, il a livré point par point, les détails sur les conditions de son arrestation, sa détention et notamment les traitements inhumains et dégradants qui lui ont été infligés.
En un mot, Bobi Wine dit avoir été frappé et torturé.
L’artiste et détracteur du président Museveni a évoqué l’assassinat de son chauffeur, l’irruption des forces spéciales ougandaises dans sa chambre d’hôtel, puis son arrestation manu militari. Le pistolet pointé sur la tempe de l’artiste… des coups avec une barre de fer…sur ses parties génitales, le témoignage est bouleversant.
« Ils m’ont battu, m’ont donné des coups de poing et frappé à coups de pieds. Aucune partie de mon corps n’a été épargnée », écrit-il. « Ils m’ont enroulé dans une grande pièce de tissu et m’ont fourré dans un véhicule (…) Ces types m’ont fait des choses innommables dans ce véhicule ! Ils ont sorti mon sexe et écrasé mes testicules tout en me frappant avec des objets que je n’ai pas vus ».
Lors de ses récentes comparutions, souligne RFI, celui qui est devenu le porte-parole de la jeunesse ougandaise a surtout semblé affaibli, utilisant parfois des béquilles pour se déplacer. Ces accusations de violence et de torture ont jusque-là été rejetées par les autorités ougandaises
Lire l’intégralité de sa publication sur sa page Facebook

Que s’est-il passé exactement à arua ? Mon histoire !

Camarades Ougandais, amis et sympathisants du monde entier,

Je suis désolé, j’ai pris un peu de temps pour vous écrire sur les épreuves et les tribulations, pour lesquelles vous étiez tous avec moi. Ça a été des jours difficiles, quand je me suis retrouvé dans le traumatisme physique et mental que j’ai enduré. Je suis submergé par votre soutien et vos paroles d’encouragement. Je ne peux pas vous remercier d’une autre manière, sauf s’en tenir à ces valeurs qui nous lient tous ensemble – justice, égalité et dignité humaine.

Je vais communiquer davantage dans les jours à venir et, dans la mesure du possible, adresser mes remerciements aux différents individus et organisations. Dans ce billet cependant, je veux raconter ce qui m’est arrivé exactement. Je suis très reconnaissant à ma femme Barbie, et à mes avocats qui ont raconté au monde ces événements, mais je voulais aussi raconter cette triste histoire personnellement. Je me suis senti plus obligé de m’exprimer après avoir lu les nombreuses publications écrites par le Président Museveni et d’autres fonctionnaires du gouvernement sur ce qui s’est passé.

J’ai lu ce qu’ils disaient pendant que j’étais en détention, et je les ai trouvés absurdes pour le moins. J’ai été choqué par la façon dont ils ont essayé de minimiser les atrocités commises par les agences de sécurité sur des citoyens innocents.
Alors, laisse-moi clarifier les choses.

C’était le 13 août et c’était le dernier jour des campagnes de la municipalité d’arua. Comme toujours, nous avons eu une grande journée de campagne. Au moment où j’ai quitté le rassemblement, j’étais convaincu que notre candidat hon. Kassiano wadri gagnerait l’élection. Nous avons donc quitté le rassemblement vers 5:30 h et les gens nous ont suivis, chantant des chansons de liberté et scandant  » le pouvoir du peuple – notre pouvoir. » avec l’hon. Kassiano et quelques autres dirigeants, nous nous sommes séparés de la multitude, nous leur avons dit adieu et nous sommes allés à L’Hôtel Royal où hon. Wadri restait.

Nous avons regardé les nouvelles de 7:00 h du hall de l’hôtel quand nous avons pris le thé et avons fait le point sur les événements de la journée. C’était bien sûr très excitant de regarder les nouvelles de ce jour. L’ancre a dit que nous étions clairement en avance sur les autres candidats et que la télévision transmettait des images du rassemblement massif et de la procession que nous avions eu ce jour-là. Peu après, j’ai décidé de déménager à L’Hôtel Pacific où je devais rester pour me reposer après la journée très chargée. C’est à ce moment-là que je me suis assis dans mon véhicule de la toundra, sur le siège du co-conducteur. Le Monsieur qui conduisait la toundra ce jour-là est l’un de nos chauffeurs (pas yasin). Il a quitté le véhicule pour appeler les autres membres de l’équipe qui étaient censés conduire avec nous. Il a pris un peu de temps et j’ai emménagé dans mon autre véhicule (un land cruiser) qui était juste à côté de la toundra et dont le chauffeur était déjà assis sur le siège du conducteur. Nous nous sommes immédiatement mis à L’Hôtel Pacific alors que la toundra était derrière nous. Je n’ai même pas vu ce qui s’est passé après ou comment yasin a fini sur mon siège dans la toundra. Pour la clarté, il avait conduit un autre véhicule ce jour-là.

J’avais commencé à prendre les escaliers dans ma chambre quand ce chauffeur est venu dire que yasin kawuma avait été abattu. Je ne pouvais pas le croire. Je lui ai demandé où il était et il m’a dit qu’ils étaient garés à l’extérieur de l’hôtel. On s’est rythme et j’ai vu de mes propres yeux, mon ami et camarade Yasin, en train de se laisser faire. J’ai rapidement demandé à un membre de l’équipe de l’emmener à l’hôpital et un autre d’appeler la police. Nous ne nous sommes pas éloigné de cet endroit quand des soldats sfc en colère sont venus, battant tous ceux qu’ils pouvaient voir.

Dès qu’ils m’ont vu, ils ont dit « Le voilà » en swahili. Tant de balles ont été tirées et tout le monde est parti en sécurité. J’ai aussi couru à l’hôtel avec une foule de gens qui s’étaient rassemblés. À L’intérieur de l’hôtel, je suis entré dans une pièce au hasard et je me suis enfermé. C’est à ce moment-là que mon assistant média a partagé avec moi la photo de yasin que j’ai tweeté parce que le monde avait besoin de savoir ce qui se passait.

Je pouvais entendre les gens dehors et dans les couloirs de l’hôtel demander de l’aide. J’entendais aussi les soldats tirant ces personnes sans défense devant la pièce où j’étais, en leur disant toutes sortes de blasphèmes en les battant sans pitié.

Je suis resté dans la chambre pendant longtemps. À un moment, j’ai entendu des soldats sortir une femme de sa chambre et lui demander quelle chambre était entrée dans le vin de bobi. La femme a pleuré en disant qu’elle ne savait pas et ce qui a suivi était de terribles passages à tabac. Je pouvais l’entendre pleurer et demander de l’aide alors qu’elle était traînée dans l’escalier. Jusqu’à présent, c’est une expérience qui me hante ; que je pouvais entendre une femme pleurer à l’aide, pourtant j’étais si vulnérable et sans défense. Je n’ai pas pu l’aider.

Je suis resté pendant quelques heures, et j’ai entendu les soldats venir toutes les quelques minutes, taper des portes sur mon sol ou d’autres étages et m’en aller. À différents moments, je dormais, mais j’ai toujours été grossièrement réveillé par les coups de portes et les bottes impatientes qui marchaient dans tout l’hôtel pendant toute la nuit. Dans les petites heures du matin, les soldats ont commencé à briser les portes des différentes chambres d’hôtel. Avec rage, ils ont cassé les portes, et je savais qu’ils allaient bientôt venir dans ma chambre. J’ai donc mis mon portefeuille et mon téléphone dans mes chaussettes. J’ai aussi eu avec moi un peu d’argent que j’avais gagné d’une émission musicale précédente. Je l’ai aussi mis dans les chaussettes.

Quelques minutes plus tard, un soldat a frappé ma porte avec une barre de fer et après deux ou trois tentatives, la porte est tombée. Nous nous sommes regardé dans les yeux quand il a convoqué ses collègues en swahili. Un autre soldat a pointé un pistolet sur ma tête et m’a ordonné de m’agenouiller. J’ai mis les mains en l’air et juste avant que mes genoux puissent atteindre le sol, le soldat qui s’est introduit dans la pièce a utilisé la même barre de fer pour me frapper. Il l’a pointé sur ma tête et j’ai mis ma main en défense pour qu’il me frappe le bras. Le deuxième coup est venu droit sur ma tête du côté de mon œil droit. Il m’a frappé avec cette barre de fer et je suis tombé. En une minute, tous ces gars étaient sur moi chacun cherchant le meilleur endroit pour faire mal. Je ne sais pas combien ils étaient, mais c’était un sacré nombre.

Ils m’ont battu, m’ont frappé, et m’ont frappé avec leurs bottes. Aucune partie de mon corps n’a été épargnée. Ils m’ont touché les yeux, la bouche et le nez. Ils m’ont touché les coudes et les genoux. Ces gars sont sans cœur !

Quand ils m’ont sorti de la pièce, ils ont continué à me frapper de tous côtés. Après un certain temps, je ne pouvais presque plus ressentir la douleur. Je n’entendais que ce qu’ils faisaient d’un loin. Mes cris et mes supplications sont restés lettre morte. Les choses qu’ils me parlaient pendant tout ce temps, je ne peux pas me reproduire ici. Jusqu’à présent, je ne comprends pas comment ces soldats que je n’avais probablement jamais rencontrés en personne pourraient me détester autant.

Ils m’ont enveloppé dans un épais morceau de tissu et m’ont embarqué dans un véhicule. Ces types m’ont fait des choses innommables dans ce véhicule ! Ils ont tiré ma virilité et m’ont serré les testicules en me frappant avec des objets que je n’ai pas vu. Ils ont enlevé mes chaussures et pris mon portefeuille, le téléphone et l’argent que j’avais. Dès que les chaussures étaient parties, ils ont commencé à me frapper les chevilles avec des mégots de pistolet. J’ai gémi dans la douleur et ils m’ont ordonné d’arrêter de faire du bruit pour eux. Ils ont utilisé quelque chose comme des pinces pour me tirer les oreilles. Un type m’a déballé et a attaché le tissu épais autour de ma tête. Ils m’ont forcé la tête sous le siège de la voiture pour m’empêcher de crier. Puis ils m’ont frappé le dos et ont continué à frapper mes parties génitales avec des objets. Les marques sur mon dos, les chevilles, les coudes, les jambes et la tête sont encore visibles. J’ai continué à gémir dans la douleur et la dernière fois que j’ai entendu quelqu’un m’a frappé à l’arrière de la tête avec un objet – je pense à un cul d’arme ou quelque chose comme ça. C’était la dernière fois que je savais ce qui se passait.

Quand je suis devenu conscient, j’étais quelque part dans une petite pièce avec une petite fenêtre. Mes jambes étaient attachées avec mes mains avec des menottes très serrées. J’étais en train de saigner du nez et des oreilles. J’ai eu beaucoup de mal. Le tissu qu’ils m’avaient attaché était trempé dans le sang. Tout mon corps était enflé. Je tremblais de façon incontrôlable.

Deux soldats sont entrés. Je peux maintenant me rappeler qu’ils étaient visiblement heureux de voir que j’étais encore en vie. Ils sont venus près de moi. L’un d’eux s’est excusé en larmes sur ce qui s’était passé.  » Bobi, je suis désolé, mais nous ne sommes pas tous comme ça. Certains d’entre nous t’aiment bien, » a-T-il dit. Il a dit que les médecins étaient en route pour me traiter. Je suis resté dans la même position et après quelques heures, environ quatre soldats sont entrés et m’ont soulevé sur un morceau de tissu. L’un d’eux a pris une photo de moi, (j’espère voir cette photo un jour dans ma vie). Au fur et à mesure que nous sommes sortis, j’ai lu « L’ aérodrome d’ arua » quelque part. J’ai été emmené dans un hélicoptère militaire d’attente et emmené dans un endroit que j’ai découvert plus tard était la caserne militaire de gulu 4 e division. C’est dans cette installation que des médecins militaires sont entrés et ont commencé à me faire des injections.

À ce moment-là, je ne pouvais même pas me plaindre car je n’étais pas encore pleinement alerte. J’étais très étourdi et je n’avais pas mangé ou bu quoi que ce soit pendant des heures. Ma vue était très faible aussi. J’ai passé la nuit là-bas. Tard dans la nuit, j’ai été récupéré de ce centre de détention. Avec ma tête couverte d’un tissu sombre qui se sentait comme un t-shirt, j’ai été emmené au poste de police de gulu où j’ai été obligé de signer une déclaration écrite d’un officier appelé Francis Olugo en présence d’un autre officier que j’ai appris plus tard. Le chef du cid de gulu. Je me souviens à peine de ce qui était contenu dans cette déclaration ! J’ai ensuite été retourné à la caserne militaire de gulu, mis sur un lit métallique et menotté dessus. Très tôt matin, j’ai été choisi dans cette pièce et emmené dans une autre pièce très isolée et sale où j’ai été mis sur un autre lit, menotté à nouveau et injecté avec une drogue qui m’a immédiatement envoyé dans un sommeil profond.

Le jour suivant, je me rappelle qu’à un moment donné, chérie. Medard Segona et hon. Asuman Basalirwa est venu me voir. Mes efforts pour me lever et leur parler n’ont pas beaucoup donné. Au moment où ils m’ont vu, ils pouvaient à peine tenir les larmes. J’ai un faible souvenir de ce qu’ils m’ont dit, mais leur visite était très courte.

J’ai été ensuite transporté dans une salle où j’ai vu des soldats habillés intelligemment. Je mentirais si je disais que j’ai pleinement apprécié ce qui se passait à ce moment-là. On m’a dit plus tard que je me figurant devant la cour martiale !!!

Après un court moment, j’ai été de nouveau transporté dans un hélicoptère militaire.

Quand il a atterri, j’ai été mis dans un véhicule et conduit vers un autre endroit que j’ai découvert plus tard, c’était la caserne militaire de la.

À la, j’étais maintenant totalement en alerte et j’ai bu un verre pour la première fois après deux ou trois jours. J’ai vu des médecins venir plusieurs fois et ils m’ont donné toutes sortes d’injections. À un moment, j’ai essayé de m’opposer et ces gars me tiennent les bras par derrière et m’injectent n’importe où. Si je lui demandais quel médicament c’était, le type dirait un truc du genre :  » C’est du diclofénac, tu ne vois pas ? » à un moment, un type est venu et voulait me recoudre l’oreille qui avait une blessure ouverte. Je l’ai supplié de ne pas le faire, et il a cédé. Pendant tout ce temps, j’ai passé la nuit et la nuit avec mes mains et mes jambes menottés jusqu’à quelques jours plus tard. Heureusement, bien que les cicatrices soient encore visibles, la blessure sur mon oreille a guéri.

C’est après un certain temps à la que j’ai pu voir ma femme et mon frère Eddy Yawee, qui est venu avec des avocats, des amis et des dignitaires de la commission ougandaise des droits de l’homme (Commission des droits de l’homme de l’Ouganda). Je n’oublierai jamais l’atmosphère dans cette pièce-les gens ont commencé à pleurer en me fixant les yeux. À ce moment-là, je ne pouvais pas m’asseoir, marcher ou même rester seul. J’étais encore gonflé et j’ai parlé avec beaucoup de difficulté à cause de douleurs à la poitrine. Mes dents tremblaient et le mal de tête était insupportable. Je suis reconnaissant que la commission ougandaise des droits de l’homme ait fait un rapport que j’ai lu plus tard. Au moins, il a été capturé en partie, l’état dans lequel ils m’ont trouvé. En tant qu’agence gouvernementale chargée de lutter contre les violations des droits de l’homme, j’attends avec impatience de voir quelles mesures ils vont prendre pour veiller à ce qu’aucun ougandais ne soit encore pris en compte. Pas même le Président Museveni. Je ne peux pas souhaiter ce qui m’est arrivé sur quelqu’un. Pas même les soldats qui m’ont violée comme s’ils étaient des bêtes. Je me souviens de deux autres choses à propos de cette visite. Malgré la douleur que j’ai eu ce jour-là, je me souviens avoir forcé un sourire quand ils m’ont dit que j’avais été accusé de possession illégale d’armes à feu.

On m’a dit que trois armes avaient été rassemblées et qu’on m’avait dit qu’elles avaient été trouvées dans ma chambre ! Je ne pouvais pas croire que l’état aurait torturé un ougandais si mauvais puis l’a piégé avec possession d’armes ! Je n’ai pas arrêté de penser à ça pour tous les jours que j’ai passé à la. À quel point ces types sont-ils impitoyables ? C’est aussi ce jour-là qu’on m’a parlé de la prétendue lapidation du véhicule du président.

L’autre chose dont je me souviens, c’est que j’ai demandé à mes visiteurs si nous avions gagné l’élection d’arua. Ils m’ont dit que nous avions gagné avec une grande marge et j’ai remercié Dieu. Cela a renforcé mon esprit parce que je savais que le peuple était avec nous, même dans le genre de souffrances et d’outrages auxquels nous étions soumis.

J’étais très triste comme je le suis aujourd’hui, qu’ils ont tué mon frère yasin de sang froid et ne m’ont pas permis de l’enterrer. Ils m’ont parlé de mes autres camarades qui étaient aussi incarcérés et j’ai continué à prier pour eux. (bien sûr chaque visiteur a dû me parler en présence de personnel militaire.) bien que j’ai été très heureux de voir tous les visiteurs, quand j’ai été libéré , j’ai lu les commentaires que certains des visiteurs ont fait à la presse (en particulier les responsables gouvernementaux). Je me sentais triste qu’on ait beaucoup de gens malhonnêtes et froids qui se fiche de la tragédie de quelqu’un pour le capital politique. Je veux croire que nous sommes meilleurs que ça, chers ougandais.

Quoi qu’il en soit, à la, on m’a dit que j’étais attendu au tribunal le 23 août, environ neuf jours après que j’ai été emmené là-bas. Certains docteurs militaires ont continué à venir m’injecter, laver mes blessures et me donner des analgésiques. La nuit, à deux reprises, j’ai été mis dans des véhicules militaires et conduit au centre d’imagerie de kampala pour les scans. Je n’ai pas pu m’opposer ou poser des questions. Je suis inquiet parce que l’une des machines semblait très dangereuse. Dès que j’ai été mis dedans et qu’il a été allumé, les médecins ont couru à une distance sûre et ont commencé à me voir d’une petite fenêtre. C’est là que le radiologue m’a dit comment un de mes reins et mon dos avaient été endommagés pendant l’agression. Je n’ai cependant reçu aucun rapport médical écrit de l’armée.

Il était clair qu’ils voulaient que j’apparaisse en meilleure forme à la prochaine fois de ma comparution devant la cour et ils ont fait tout ce qui était possible pour y parvenir. Un jour ou deux à la, ce type était franc. Il m’a dit que c’était dans mon intérêt de bien manger, de prendre tous les médicaments et d’aller mieux vers la 23 ème ou sinon ils n’auraient pas permis à la presse de me voir et je serais renvoyé à nouveau jusqu’à ce que je sois assez présentable ! Ils m’ont même rasé les cheveux et les barbes. Quand j’ai hésité, ce soldat m’a dit : « Gwe osaaga » (vous plaisantez). Deux d’entre eux ont tenu mes mains par derrière et m’ont rasé par la force. À un moment donné, ils ont insisté pour que je porte un costume pour ma prochaine comparution devant la cour martiale et m’a demandé de dire à ma femme de m’en apporter un. J’ai aussi insisté pour que je ne l’aie pas. A un autre moment, j’ai hésité à laisser des gouttes d’oeil pour mon œil droit qui était très rouge et gonflé. J’ai toujours voulu savoir quelle drogue on m’avait donnée. Ces gars ont tenu mes bras par derrière et l’un d’eux a littéralement versé toute la bouteille dans mon oeil ! Plus tard, le médecin militaire m’a aussi fourni une béquille pour m’aider à marcher. À ce moment-là, j’ai pu me lever, bien qu’avec difficulté. Quand vous entendez tout cela, vous pouvez penser que tous nos soldats sont brutaux. Loin de là, la plupart d’entre eux sont des gens merveilleux. Il y en a beaucoup avec qui j’ai interagi pendant cette épreuve qui était extrêmement professionnelle et sympathique. Il est difficile de comprendre comment les personnes qui servent la même force, en mettant le même uniforme, peuvent être très différentes en ce qui concerne l’appréciation et l’approche d’un citoyen ougandais.

Quand j’ai été ramené à gulu sur la 23 ème, j’ai été très heureux de voir les personnes qui sont venues au tribunal, y compris les membres de la famille, les camarades dans la lutte et les avocats. Je ne peux pas expliquer ce que j’ai ressenti quand l’avocat de l’armée a dit que les accusations de possession illégale d’armes à feu avaient été abandonnées. Je ne me suis pas senti vengé. Je n’étais pas excité. Je n’ai pas été déplacé. Je ne peux pas expliquer ce que je ressentais. Je viens de me rappeler ce que ces gens m’avaient fait et les larmes me sont venues aux yeux. Peu après, j’ai été arrêté de nouveau devant la salle d’audience et emmené à la prison de gulu. À la prison militaire, je portais un uniforme rouge. Cette fois, on m’en a donné un jaune.

Mes amis, vous ne pouvez pas croire que vous pouvez être heureux d’être en prison, mais ce jour-là, je l’étais. J’ai été très heureux de quitter l’isolement militaire solitaire et de rencontrer des collègues qui étaient détenus à la prison de gulu. Cette nuit-là, j’ai été emmené à l’hôpital lachor à gulu-D’autres tests et scans ont été effectués. À ce moment-là, je me sentais mieux, surtout psychologiquement depuis que j’avais retrouvé mes camarades dans la lutte.

Plus tard cette nuit-là, les autorités de la prison ont décidé de m’emmener à l’infirmerie plutôt que de rester avec les autres camarades. Les autres camarades dirigés par hon. Wadri a protesté. Je pouvais les entendre sauter les portes de leur cellule. Le jour suivant, j’ai été autorisé à rester avec eux. C’est là que j’ai interagi avec les 32 autres collègues qui avaient été arrêtés dans la rixe d’arua. Être dans la même prison avec hon. Gerald Karuhanga, chéri. Paul Mwiru, chéri. Kassiano Wadri, chérie. Mike Mabike, John Mary Sebuufu et beaucoup d’autres camarades l’ont fait sentir comme un pensionnat. Ce n’était pas une réunion très heureuse. À cause de la torture, certains de nos camarades ont été blessés de façon permanente. Je ne peux pas oublier la douleur que shaban atiku a traversé. Il passait tous les jours et la nuit à gémir. Les médecins lui avaient dit qu’il ne serait plus jamais parce que son dos avait été définitivement brisé. Malheureusement, le monde ne le connaît peut-être jamais, mais il ne sortira jamais de mon esprit. Il s’effondrement plus tard lors d’une séance de justice à gulu. Quand j’ai rencontré plus tard les femmes qui étaient brutalisé, c’était très douloureux de les voir et d’écouter leurs histoires.

De nombreuses fois, nous avons plaisanté sur la possibilité d’être pendu si le régime décidait de nous donner la peine maximale de l’infraction dont nous avions été accusés ! Beaucoup de nos camarades se sont tus.

Loin de ces tristes moments, le chef général de la prison avait une guitare dans la salle et ensemble nous avons chanté des chansons de liberté toute la nuit. C’était la routine tous les soirs jusqu’à ce que nous ayons comparu devant la haute cour de gulu quelques jours plus tard, pour notre audience de caution.

Ma prochaine communication sera un vote de remerciement au monde pour le soutien écrasant et la camaraderie. Je parlerai également de ce que je pense que nous devons faire ensemble pour poursuivre cette lutte pour la liberté et la liberté.

Je suis heureux que les autorités aient enfin cédé à votre pression et que #honzaake ait reçu un lien pour voyager pour un traitement spécialisé urgent et je me joins au monde pour demander aux autorités de #freeeddymutwe et d’autres prisonniers politiques. Nous est.

PS :
1. Veuillez ignorer les appels de mon numéro de téléphone (0752013306). Ça m’a été pris par des soldats et on m’a dit qu’ils s’en servent pour appeler mes amis en prétendant que c’est moi.

2. Veuillez ignorer toute communication d’autres comptes de médias sociaux et pages sous mon nom à part celle-ci (avec une tique bleue) et mon compte twitter vérifié (aussi avec une tique bleue).

Chérie. Kyagulanyi Sentamu akka bobi vin
#PeoplePower_OurPower




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »