Accueil / Africa top success / Immigration clandestine : « le financement participatif » comme solution

Immigration clandestine : « le financement participatif » comme solution

Partagez ceci :

Le drame de Melilla est encore vivace dans les mémoires. Plusieurs migrants dont 18 Africains ont trouvé la mort le vendredi 24 juin à la frontière Maroc-Espagne. Une tragédie qui relance le débat sur les approches de solutions à l’immigration clandestine.

« Le financement participatif, enjeux de développement en Afrique », c’est le titre d’un ouvrage publié par Jean Yves Naka. Dans ce livre, ce cadre financier propose des pistes de réflexions pour freiner l’immigration clandestine.

Utiliser les ressources destinées au financement des voyages clandestins pour financer des projets locaux, c’est le postulat de l’auteur. Cadre financier, Jean Yves Naka croit au financement à travers la participation de contributeurs à projet donné.

Un autre volet auquel s’intéresse Yves Naka c’est la réglementation de ce secteur. L’univers du financement participatif a déjà fait ses preuves à travers de nombreuses start-up créées en Afrique. Malheureusement, les porteurs de projets ont dû recourir à des plateformes étrangères, l’écosystème africain en la matière restant peu développé. Par ailleurs, la réglementation reste quasi inexistante.

Enfin, l’écrivain s’attaque aux idées reçues sur le financement participatif, dont l’assimilation qui est souvent faite avec la tontine. Il éclaire la lanterne des lecteurs sur les différences fondamentales sur ces deux types de levée de fonds.

Avec 7info




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »