Accueil / Pays / Afrique de l’Ouest / Importation du riz en Afrique: le Bénin et le Nigeria sonnent le glas !

Importation du riz en Afrique: le Bénin et le Nigeria sonnent le glas !

Partagez ceci :

L’appel lancé par les entrepreneurs Africains sur la consommation des produits locaux entend être soutenu par le président Patrice Talon et son homologue Nigérian Muhammadu Buhari.

Les deux présidents ont mis sur pied, le 25 juillet dernier au cours d’une visite de travail du président Béninois au Nigeria, un comité conjoint pour lutter contre la contrebande de produits de base, notamment le riz.

Le deux pays comptent mettre également à profit le gouvernement nigérien dont le pays est considéré comme un point de transi dans la contrebande du riz.

Les agriculteurs continuent de se plaindre par rapport à la consommation. Sur son compte Twitter, le président Buhari a souligné que « même si le Nigeria a réussi à réduire les importations d’environ 90% au cours des trois dernières années, le riz est toujours introduit clandestinement dans le pays, décourageant nos agriculteurs et sapant notre objectif d’autosuffisance en riz. C’est pourquoi nous devons agir ».

Pour le président Talon, comme le rapporte Benin Web Tv, la contrebande qui affecte négativement le Bénin et le Nigeria, constitue une menace pour les relations bilatérales entre les deux pays.

« Nous sommes conscients de la manière dont la contrebande de riz affecte le développement des capacités locales dans la riziculture au Nigeria. Cela affecte négativement le commerce entre nous et le Nigeria, un partenaire important pour un pays comme le Bénin. Nous n’avons pas le pouvoir de bloquer les marchandises destinées à d’autres pays, et notre pays n’est pas la destination finale du riz de contrebande. Nous devons développer une volonté commune pour faire face au problème », a déclaré Patrice Talon d’après plusieurs sources locales.

Les actions concrètes seront menées pour freiner le taux de l’importation du riz et sensibiliser la population à plus consommer la production locale.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »