Accueil / A la Une / Incidents au stade de France: pourquoi l’affaire fait-elle autant de vagues?

Incidents au stade de France: pourquoi l’affaire fait-elle autant de vagues?

Partagez ceci :

L’affaire fait grand bruit actuellement en France. Les incidents de la finale de la Ligue des champions 2021-2022. Ce qui redonne vie au débat sur l’utilisation de la force publique lors des événements importants.

C’est ce que certains médias français appellent le « fiasco du Stade de France ». Avant le début du match de la finale de la Ligue des champions 2021-2022, des scènes de violences ont éclaté à l’entrée du stade. Le préfet de police Didier Lallement se retrouve sous le feu des critiques. Lui dont les méthodes de maintien de l’ordre ont souvent été critiquées. Mais également Gérard Darmanin et Amélie Oudéa-Castera, respectivement ministres de l’Intérieur et des Sports.

Une utilisation disproportionnée de la force

Nommé en mars 2019 par l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, en remplacement de Michel Delpuech pour sa mauvaise gestion des manifestations des Gilets jaunes, Didier Lallement n’a pas échappé aux critiques des médias. Les pratiques de la Préfecture de police de Paris sous Didier Lallement sont vite remises en cause.

En mars 2020, la gestion d’une manifestation nocturne de militantes féministes met encore la pression sur Didier Lallement.

En avril 2020, en plein confinement, il a choqué l’opinion et une partie de la classe politique françaises lorsqu’il a établi le lien entre « ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, qu’on trouve dans les réanimations » et « ceux qui au début du confinement ne l’ont pas respecté »

Soupçons de « faux témoignages » et de « parjures », protection des policiers dans l’affaire Michel Zeclerc, tension sur la gestion du crack à Paris, le cocktail est assez explosif pour Didier Lallement.

Gérard Darmanin à la rescousse

Pris dans un tourbillon de critiques, Didier Lallement peut compter sur le soutien de son ministre de tutelle lui-même sous le feu des critiques, tout comme sa collègue en charge des Sports. Selon Gérard Darmanin, les responsables du chaos lors de la finale de la Ligue des champions sont plutôt les « 30 000 à 40 000 supporters anglais » qui sont venus au stade, « soit sans billet, soit avec des billets falsifiés« . Le ministre de l’Intérieur a dénoncé une « fraude massive, industrielle et organisée« . 

Des déclarations qui lui ont valu des critiques au sein même de la police et du gouvernement qui pensent qu’il n’aurait pas dû faire confiance aux chiffres avancés par M. Lallement, si l’on en croit certains médias français.

Le mondial de rugby et les JO 2024 en vue

Du 8 septembre au 28 octobre 2023 se tiendra en France la 10e Coupe du Monde de rugby de l’histoire. Alors, logiquement, on pourrait, au regard des incidents qui se sont produits le 28 mai au Stade de France, se demander si le pays est prêt pour cet événement. Inutile de rappeler que 600 000 visiteurs étrangers sont attendus en France pour ce mondial.

Après le mondial de rugby, Paris devra accueillir les Jeux Olympiques d’été en 2024. La polémique née de la gestion des incidents de la finale de la Ligue des champions doit vite être éteinte pour rassurer les potentiels spectateurs des deux événements sportifs majeurs à venir. C’est sûrement ce que tentent de faire Gérard Darmanin et Amélie Oudéa-Castera.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »