Home / Affaires / Jean Samuel Noutchogouin: le Cameroun perd le roi de l’aviculture

Jean Samuel Noutchogouin: le Cameroun perd le roi de l’aviculture

Partagez ceci :

Jean Samuel Noutchogouin s’en est allé. L’homme qui est considéré comme le roi de la filière avicole au Cameroun, et de la sous-région est décédé le 11 janvier 2019, à Paris, à l’âge de 85 ans. Une triste nouvelle pour les grands admirateurs de cet entrepreneur à succès.

Au Cameroun et même en Afrique centrale, le milliardaire camerounais Jean Samuel Noutchogouin a assis une notoriété qui est respectée. Son succès est unique et consécutif à son engouement dans un domaine qui avait du mal à décoller.

Cinquième fortune du pays, avec un matelas financier estimé à plus de 150 milliards de francs CFA par le magazine Forbes, Jean Samuel Noutchogouin trônait à la tête d’un empire comprenant au moins trois entreprises de production d’aliments pour bétail, de poussins d’un jour ou encore d’intrants relatifs à l’élevage de poules.

Un engagement pour l’aviculture qui lui a valu des reconnaissances. Ses entreprises de production d’aliment et d’intrants facilitent aujourd’hui le travail des éleveurs de la sous-région. L’homme n’aurait donc pas vécu inutilement. Il aura été un exemple de réussite et d’optimisme dans ce domaine peu estiment. Grace à lui, plus besoin d’aller loin pour avoir les aliments, intrants pour l’élevage de poules.

Mais, en dehors de l’aviculture, l’empire Noutchogouin s’est solidifié par l’entremise de l’introduction d’actifs dans la banque. L’on pourra citer notamment Banque Atlantique et la BICEC. L’immobilier, l’assurance, la production des stylos à bille ou des rasoirs (Icrafon), et même la concession automobile (CFAO), sont entre autres domaines dans lesquels il a investi énormément.

Le serial Busnessman s’en va quelques années après avoir sorti son autobiographie. Un document qui pourra être désormais comme un témoignage d’une vie pleinement réussie grâce à une implication et une détermination dans ses travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »