Accueil / Sports / JO de Tokyo : 10 athlètes sont ‘réfugiés’ africains

JO de Tokyo : 10 athlètes sont ‘réfugiés’ africains

Partagez ceci :

Ils viennent d’Afrique, de Syrie, d’Irak, du Venezuela, d’Iran et d’Afghanistan, souvent de pays en guerre ou minés par des conflits régionaux, et où les droits de l’homme ne sont qu’un vague concept. Parmi ces 29 athlètes, 10 sont originaires du continent africain qu’ils ont fui pour au moins un des motifs évoqués plus haut.

Dans le détail, l’on retient que les Soudanais du Sud sont les plus représentés avec Rose Likonyen, James Chiengijek, Anjelina Lohalith et Paulo Likoro (athlétisme), devant les Érythréens Luna Salomon (tir) Tachlowini Gabriyesos (athlétisme), le Congolais de Brazzaville Dorian Keletela (athlétisme) et celui de RDC, Popole Misenga (judo), le Camerounais Cyrille Tcvhatchet (haltérophilie) et le Soudanais Jamal Mohamed (athlétisme). 

• Érythrée : Luna Solomon, espoir du tir à la carabine

Sa performance à Tokyo : éliminée lors des qualifications

Luna Solomon aux JO de Tokyo le 24 juillet 2021

• Cameroun : Cyrille Tchatchet, champion d’haltérophilie

Sa performance à Tokyo : 10e dans la catégorie des moins de 96 kg

Cyrille Tchatchet lors de l’épreuve d’haltérophilie dans la catégorie des moins de 96kg, le 31 juillet 2021

• Congo : Dorian Keletela, le « sprinteur aux pieds tordus »

Sa performance à Tokyo : éliminé au stade des séries

Dorian Keletela lors des qualifications pour le 100m dans le stade olympique de Tokyo, le 31 juillet 2021

• RDC : Popole Misenga, as du judo

Sa performance à Tokyo : éliminé en 16e de finale et en 8e de finale lors du tournoi par équipes mixtes.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »