Home / Affaires / Kadergueli Manoubia Abdel-Nasser: des relations internationales au cosmétique

Kadergueli Manoubia Abdel-Nasser: des relations internationales au cosmétique

Partagez ceci :

Kadergueli Manoubia Abdel-Nasser fait partie de ces jeunes filles qui brisent les codes pour apporter leur pierre à la préservation des valeurs africaines. Dans un monde marqué par l’envahissement des marchés des pays pauvres par les produits issus des autres continents, la jeune tchadienne veut s’imposer comme un repère idéal.

A 25 ans a décidé de lancer sa marque de cosmétiques naturels. « Mande Bala » c’est le nom donné à cette initiative, ce qui signifie en langue locale, femme belle. Pour Manoubia, il faudrait valoriser ses acquis naturels surtout chez les jeunes filles et lutter contre un fléau qui prend des proportions inquiétantes, la dépigmentation.

Kadergueli Manoubia Abdel-Nasser veut ainsi mettre à la disposition de la gente féminine des produits de qualité, naturels qui n’ont que des effets positifs sur la peau, contrairement aux produits chimiques dont les conséquences sont dangereuses. La marque de la jeune tchadienne permet juste de consolider une peau noire déjà belle selon elle.

Huile de chébé, poudre de chébé, beurre de karité, beurre de cacao, huile de ricin sont entre autres pommades disponibles dans la structure de cette tchadienne. « Mande Bala » propose également à ses potentiels clients, des gommages à base de produits naturels : kalta jaune, kalta rouge, kalta blanc, dilké, spiruline.

Pour atteindre ses objectifs, la structure table sur la qualité et l’efficacité de ses produits. Car selon la promotrice, c’est en maintenant la qualité et les bons résultats que la petite entreprise pourra étendre ses ailes à tout le Tchad et à tout le continent.

Si aujourd’hui Kadergueli Manoubia Abdel-Nasser est résolument engagée dans le cosmétique, ce n’est pourtant pas son domaine de formation. La jeune fille a plutôt été formée et a arrachée sa licence en Relations Internationales. Loin de ses cours de stratégies diplomatiques et autres, elle voudrait désormais mieux mettre ses ambitions et son engagement en faveur du bien-être de ses sœurs d’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »