Accueil / La consommation de l’eau de pluie pourrait favoriser l’infertilité

La consommation de l’eau de pluie pourrait favoriser l’infertilité

Partagez ceci :

« Il n’y a nulle part sur Terre où l’eau de pluie serait propre à la consommation, d’après les données que nous avons utilisées », a déclaré Ian Cousins, Professeur à l’Université de Stockholm et principal auteur de l’étude, publiée dans la revue Environmental Science and Technology. Des produits chimiques toxiques dépassant les seuils recommandés ont été relevés dans l’eau de pluie.

« Même en Antarctique ou sur le plateau tibétain, les niveaux (de produits chimiques, ndlr) présents dans l’eau de pluie sont au-dessus des recommandations proposées par l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) », indiquent les résultats de cette étude menée par des scientifiques de l’Université de Stockholm. Ces deux régions considérées comme les naturelles ont des niveaux de PFAS (per et polyfluoroalkylées) « 14 fois supérieurs » aux recommandations américaines pour l’eau potable. 

Initialement présents dans les emballages, les shampoings ou encore le maquillage, les PFAS plus connus sous le nom de « produits chimiques éternels » se sont répandus dans l’environnement, y compris l’eau – de pluie – et l’air. Ils se désintègrent de façon extrêmement lente.

D’autres études prouvent que l’exposition aux PFAS augmente les risques accrus d’obésité ou de certains cancers (prostate, reins et testicules) ainsi qu’une augmentation des niveaux de cholestérol dans le sang. Ces produits toxiques pourraient également avoir des effets sur la fertilité et le développement du fœtus.

Selon Ian Cousins, les PFAS sont maintenant « si persistants » et omniprésents dans notre environnement qu’ils ne disparaîtront jamais de la Terre. 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »