BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Le pétrole libyen attire à nouveau les investisseurs

Le pétrole libyen attire à nouveau les investisseurs

Partagez ceci :

La Libye, malgré une décennie de chaos et une division persistante entre deux gouvernements à l’est et à l’ouest, mise sur son pétrole pour se redresser. Le pays ambitionne de porter sa production à 2 millions de barils par jour. Les compagnies étrangères, attirées par les plus grandes réserves pétrolières d’Afrique, reviennent investir en Libye.

Des multinationales comme TotalEnergies, Shell et ConocoPhillips ont récemment investi en Libye. Ces trois dernières années ont vu des changements significatifs notamment une Banque centrale réunifiée, un nouveau leadership à la compagnie nationale pétrolière (NOC), et la reprise de gisements comme Al-Charara, autrefois disputé par des milices.

Le Directeur général de la société d’assurance libyenne Al Baraka Zakaria Al Barouni a souligné un environnement plus favorable aux investissements grâce à des institutions financières stables et des transferts de fonds simplifiés.

Les troubles politiques et les violences post-révolution de 2011 avaient fait fuir les investisseurs étrangers. Cependant, la confiance semble revenir.

« Nous couvrons l’assurance de guerre, les émeutes, les troubles civils, la construction, les risques et l’énergie », précise Zakaria Al Barouni, offrant ainsi une sécurité aux entreprises en cas de mauvais événements.

Malgré les progrès, les pratiques internes de la NOC sont encore critiquées. La contrebande de carburant explose, créant des inquiétudes pour les investisseurs.

« Ce problème de contrebande existe depuis plus de 10 ans et représente des revenus illégaux circulant à travers le pays », explique Jalil Harchaoui, spécialiste de la Libye au Royal United Services Institute à Londres.

Une partie des revenus pétroliers sert à acheter du carburant en Russie, revendu ensuite via la contrebande vers des pays voisins comme le Tchad et le Soudan, générant plus de 5 milliards de dollars par an, selon le bureau d’audit libyen.

La Libye, riche en pétrole, attire de nouveau les investisseurs internationaux malgré les défis persistants de corruption et de contrebande.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »