Accueil / A la Une / Liberia : soupçonné d’avoir violé une femme enceinte, un pasteur mis aux arrêts

Liberia : soupçonné d’avoir violé une femme enceinte, un pasteur mis aux arrêts

Partagez ceci :

La police nationale du Liberia a arrêté l’apôtre D. Franklin Snorton, fondateur et surveillant général de l’église centrale de Philadelphie Image of Christ Deliverance à Kakata, dans le comté de Margibi, pour avoir prétendument violé une femme enceinte de 21 ans.

L’incident se serait produit à la résidence communautaire des pasteurs Mandingo Quarter à Kakata. Le suspect devait être traduit devant le tribunal de première instance de Kakata.

L’apôtre Snorton, qui est un voisin de la victime de viol, a été arrêté à Kakata le vendredi 20 août 2021, après que le père de la présumée victime de viol a signalé le cas à la section de protection des femmes et des enfants du détachement du comté de Margibi de la police nationale du Liberia.

Le père de la victime présumée du viol expliquant l’épreuve de sa fille a déclaré qu’elle avait été invitée par sa grand-mère aux premières heures du vendredi 20 août à remettre des factures d’électricité de 1 000 L$ à l’apôtre Snorton

Il a raconté que lorsque sa fille est arrivée à la résidence de l’apôtre Snorton, il l’aurait attirée dans un mini bureau de sa maison.

Selon le père, sa fille lui avait expliqué à la police que lorsqu’elle est arrivée chez lui, il l’a invitée dans un mini bureau où il lui a demandé des relations sexuelles tout en pointant un couteau sur elle avec une menace de la tuer si elle lui résistait.  

Il a ajouté que sa fille a en outre allégué que le pasteur Snorton l’avait harcelée pour des relations sexuelles avant l’incident du viol.  Quelques minutes après le viol présumé, sa fille est rentrée chez elle en courant pour informer sa grand-mère de l’incident.

Il a expliqué que la grand-mère de sa fille lui avait rapidement téléphoné et avait signalé l’affaire à d’autres membres de la famille.

Il a ajouté que le calvaire de sa fille avait incité la famille à signaler le cas à la section de protection des femmes et des enfants du détachement du comté de Margibi de la police nationale du Liberia.

Des sources policières ont confié à FrontPageAfrica qu’un rapport médical du One-Stop Center du comté où les victimes présumées de viol sont testées montre qu’il y a un traumatisme dans le vagin de la victime, preuve de pénétration.

Pendant ce temps, certains journalistes se sont alarmés de recevoir des menaces de mort pour avoir couvert l’affaire de viol présumé impliquant le pasteur.

Avec Doing Buzz






Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »