Accueil / A la Une / Lutte contre le terrorisme au Sahel : Macron annonce la fin de l’opération Barkhane

Lutte contre le terrorisme au Sahel : Macron annonce la fin de l’opération Barkhane

Partagez ceci :

Emmanuel Macron a annoncé jeudi la fin prochaine de l’opération militaire Barkhane au Sahel, où les troupes françaises engagées depuis 2013 dans la lutte contre les groupes djihadistes vont laisser la place à une « force internationale » dont la composition reste à déterminer. 

C’est un tournant majeur qui se prépare dans la lutte contre le jihadisme dans le Sahel. Emmanuel Macron a annoncé, jeudi 10 juin, une amorce de réduction de l’opération militaire antijihadiste Barkhane, notamment au Mali, frappé par un récent coup d’État, lors d’une conférence de presse à l’Élysée en amont du G7.

« À l’issue de consultations (…) nous amorcerons une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel », a expliqué le président français, annonçant la « fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure » et la mise en œuvre « d’une alliance internationale associant les États de la région ».

Cette « transformation » va notamment passer par la fermeture de bases de l’armée française et par la priorité donnée à la lutte contre les jihadistes par les forces spéciales.

« Ce n’est pas un retrait, mais une évolution », précise le député Thomas Gassilloud de la commission de la défense nationale et des forces armées, sur l’antenne de France 24.

Le calendrier et les modalités de la fin de l’opération Barkhane seront dévoilés fin juin, selon le chef de l’État. 

« Évidemment, la France n’a pas vocation à rester éternellement au Sahel (…). Il est vraisemblable qu’il faille adapter le dispositif Barkhane », avait déclaré un peu plus tôt le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en déplacement à Abidjan, sans plus de précisions.

Paris déploie quelque 5 100 soldats contre les jihadistes affiliés au groupe État islamique et à Al-Qaïda, un soutien de taille aux armées affaiblies des États du Sahel qui peinent à les combattre seules.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »