Accueil / A la Une / Madagascar : « On ne vous a pas élu pour ça, président », Rajoelina raillé sur les réseaux sociaux

Madagascar : « On ne vous a pas élu pour ça, président », Rajoelina raillé sur les réseaux sociaux

Partagez ceci :

Un an après son accession au pouvoir, Andry Rajoelina se confronte à ses premières difficultés. Si sa communication le montre sur tous les fronts, souligne RFIles résultats de ses actions tardent à se faire sentir, surtout chez les classes les plus vulnérables de la société.

Afin de fluidifier la circulation dans la capitale Antananarivo, rapporte RFI, les opérations de « grand nettoyage » ont commencé. Les vendeurs de rues installés sur les trottoirs sont chassés par la police. Mercredi après-midi, quelques minutes après une énième intervention des forces de l’ordre, la Cadillac du président a été huée. Une scène diffusée sur les réseaux sociaux.

Ce jeudi au bord de la R.N.2 à Mahazo, la scène du président hué est encore dans les esprits de ces marchandes de rue : « Les policiers sont venus nous interdire de vendre sur les trottoirs. À ce moment-là, le président est passé. On était déjà en colère. Mettez-vous à notre place, si on vous empêche de gagner votre vie. Alors on l’a sifflé : ‘’On ne vous a pas élu pour ça, président ! Mais pour trouver des solutions pour nous sortir de la pauvreté’’! »

À ses côtés, un autre vendeur fait part de son ressenti : « On est vraiment déçus. On a cru qu’il allait changer nos vies. Pendant la campagne, il avait promis qu’il allait nous sauver, nous, les petites gens, qui vendons sur les trottoirs. Alors on a voté pour lui. Et maintenant qu’il est sur son trône, il nous laisse tomber. Et regardez-moi, je n’ai plus d’activité. Mes enfants ne vont plus à l’école, on n’arrive plus à payer le loyer, on ne mange plus. Qu’est-ce qu’on va devenir ? »

Avis divisés sur Facebook

Mais, sur Facebook, de nombreux internautes ont pris la défense d’Andry Rajoelina. « Ces marchands ne respectent pas la loi, et quand on les dégage, ils pleurent », ironise l’un d’eux. « Ceux qui sifflent ne représentent que les 15% des Malgaches qui ne veulent pas le progrès pour leur pays », affirme l’un d’eux.

Toutefois, cet incident a également ouvert la brèche à un flot de commentaires contestataires, rarement vus jusque-là : « Rouler en Cadillac devant son peuple qui crève de faim, faire des promesses sans les réaliser, forcément ça agace », écrit un internaute. « Finie l’illusion », renchérit un autre.

RFI



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »