Accueil / Non classé / Mahamat Mahdi Ali, le chef de la rébellion FACT qui aurait tué Idriss Déby

Mahamat Mahdi Ali, le chef de la rébellion FACT qui aurait tué Idriss Déby

Partagez ceci :

Présenté comme l’homme qui aurait fait tomber le maréchal Idriss Déby Itno, Mahamat Mahadi Ali, un intellectuel devenu chef de guerre, a fondé en 2006, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT). Réfugié politique pendant plus de 25 ans en France, et ayant milité au sein du parti socialiste français et suivi des études de droit et sciences économiques à Reims, l’opposant et chef de guerre avait juré depuis lors de faire tomber N’Djamena.

À la fin des années 1990, cet intellectuel devient l’un des cadres du Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT).

Après une période de réconciliation avec le gouvernement, il occupe à partir de 2005 un poste de haut fonctionnaire au sein du ministère des Infrastructures.

En 2008, après l’échec d’un coup d’État contre le pouvoir d’Idriss Déby, Mahamat Mahadi Ali a préféré fuir le Tchad, craignant à juste titre une répression brutale contre tous les opposants politiques.

En 2015, Mahamat Mahadi Ali part pour la Libye où il est chargé de réorganiser les troupes de Mahamat Nouri, le chef historique de la rébellion tchadienne, avant de créer le FACT en avril 2016.

La majorité de ces groupes rebelles est liée à la communauté Toubou. Ce vaste groupe ethnique vit de part et d’autre de la frontière comprise entre le Tchad, la Libye et le Niger.

Hissène Habré, l’ancien président tchadien renversé par Idriss Déby en 1990, est un Goran, l’une des deux grandes communautés Toubous.

Depuis la chute d’Hissène Habré, les Gorans sont globalement hostiles au pouvoir basé dans la capitale N’Djaména.

« Désormais, les Gorans et les Arabes vont vouloir que cela ne soit pas uniquement les Zaghawas (l’ethnie du président Déby) qui exercent le pouvoir. Ils rejettent une logique de succession dynastique », analyse Thierry Vircoulon, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (IFRI), sur l’antenne de France 24.

« C’est pour cette raison qu’il y a des inquiétudes extrêmement fortes pour le Tchad dans les jours à venir ». 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »