BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Mali : Des opposants en exil forment un gouvernement de transition

Mali : Des opposants en exil forment un gouvernement de transition

Partagez ceci :

Depuis 2021, le Mali est dirigé par le colonel Assimi Goïta, arrivé au pouvoir par un coup d’État. À l’issue d’un dialogue national tenu en mai, les autorités ont instauré une prolongation de la transition. Face à cette situation et à la suspension des activités des partis politiques, des opposants exilés en Europe annoncent la création d’un gouvernement de transition hors du pays.

Ce nouveau gouvernement, élu par une « Assemblée citoyenne de la transition civile », est composé de sept membres et dirigé par Mohamed Chérif Koné, qui a pris le titre de Premier ministre.

L’équipe de M. Koné, ancien premier avocat général près de la Cour suprême du Mali, radié pour son opposition au gouvernement militaire est constitué d’un vice-ministre ainsi que des responsables des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Justice, des Finances, de l’Économie et du Développement social.

« Notre objectif primordial est la mobilisation des maliens résidant à l’intérieur du pays. Depuis le lancement de notre initiative, les voix des opposants se font entendre malgré la suspension des activités politiques. Rien ne sera plus comme avant», a déclaré le Professeur Aboubacrine Assadek, ministre des Finances au sein du gouvernement en exil, cité par RFI.

Bien que cette initiative n’ait, pour l’instant, aucune portée juridique contraignante vis-à-vis des autorités militaires maliennes et de leurs partenaires, elle s’inscrit dans une logique de rejet de la situation politique actuelle au Mali par de nombreux opposants.

Le Mali est dirigé depuis 2021 par le colonel Goïta, arrivé au pouvoir par un putsch. Après avoir reporté sine die les élections initialement prévues pour février 2024, les autorités ont annoncé une prolongation de la transition à l’issue d’un dialogue tenu en mai dernier. Cette décision a été prise dans un contexte où les activités des partis politiques et leur couverture médiatique ont été suspendues.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »