Accueil / A la Une / Mali: fin de la campagne présidentielle ce vendredi, le fichier électoral toujours contesté

Mali: fin de la campagne présidentielle ce vendredi, le fichier électoral toujours contesté

Partagez ceci :

Les 24 candidats déclarés au premier tour du scrutin présidentiel du 29 juillet au Mali, ont encore quelques heures pour convaincre l’électorat. Autrement dit, la campagne électorale s’achève ce vendredi à minuit sur toute l’étendue du territoire.

Durant trois semaines, le président sortant IBK et ses 23 challengers, qui profitent donc de leur dernière journée sur le terrain, avaient multiplié des initiatives et les actions de proximité afin de convaincre les Maliens d’adhérer à leurs projets de société et de se rendre massivement aux bureaux de vote le jour du scrutin.

A noter que la fin de la campagne est marquée par une polémique qui enfle depuis une semaine : la contestation du fichier électoral.

Le 20 juillet, le camp de Soumaila Cissé, le chef de fil de l’opposition, a évoqué l’existence d’un fichier « parallèle », accusant le gouvernement de « préparer des fraudes ».

Le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, a assuré, lundi, à l’issue d’une réunion portant sur les derniers préparatifs, que le gouvernement veille scrupuleusement pour la transparence du processus électoral et la mise en place des moyens nécessaires.

Réagissant lundi dernier à des accusations de l’opposition sur l’existence d’un second fichier électoral, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, a affirmé « qu’il n’y a qu’un seul fichier électoral, celui qui a été audité en fin avril et sur la base duquel les listes  électorales et les cartes d’électeurs ont été imprimées ».

Le Premier ministre a invité les électeurs à consulter les listes électorales qui sont maintenant affichées dans les bureaux de vote. « Tout le monde pourra constater qu’il n’y pas d’électeurs fictifs », a défendu M. Maïga qui a également rappelé que les cartes d’électeurs sont distribuées par les représentants des partis politiques.

S’agissant de la supervision de cette élection, souligne APS, l’Union africaine a annoncé avoir sollicité Thomas Yayi Boni, ancien président du Bénin ayant une longue expérience dans le domaine.

La mission d’observation de l’UA sera associée aux 80 autres observateurs de l’Union Européenne ayant à leur tête Mme Cécile Kyenge, alors que celle de l’OIF elle sera conduite par Dileita Mohamed Dileita.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »