Home / A la Une / Menace d’augmentation des cas de cancer, prévient l’OMS

Menace d’augmentation des cas de cancer, prévient l’OMS

Partagez ceci :

Dans un communiqué de presse, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) tire la sonnette d’alarme sur les cas de cancer dans les pays à faibles revenus. Selon l’organisation, des cas enregistrés pourraient être élevés de plus de 60% si rien n’est fait. Des recommandations sont à cet effet adressées aux Etats .

Selon l’OMS, si les tendances actuelles se poursuivent, le monde connaîtra une augmentation de 60 % des cas de cancer au cours des deux prochaines décennies. C’est dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, qui enregistrent actuellement les plus faibles taux de survie, que le nombre de nouveaux cas augmentera le plus fortement (+81 % selon les estimations)

Pour cause, explique l’organisation, ces pays ont dû consacrer des ressources sanitaires limitées à la lutte contre les maladies infectieuses et à l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant.

En outre, les services de santé ne sont pas équipés pour prévenir, diagnostiquer et traiter les cancers.

En 2019, plus de 90 % des pays à revenu élevé ont indiqué que leur système de santé publique disposait de services complets de traitement du cancer, contre moins de 15 % pour les pays à faible revenu, relève l’OMS.

« C’est un coup de semonce qui nous appelle tous à nous attaquer aux inégalités inacceptables qui existent entre pays riches et pays pauvres concernant les services de lutte contre le cancer », déclare le Dr Ren Minghui, sous-Directeur général, Couverture sanitaire universelle/Maladies transmissibles et non transmissibles, OMS.

Selon l’expert, lorsque les individus ont accès aux soins primaires et aux systèmes d’orientation, il est possible de détecter le cancer à un stade précoce, de le traiter efficacement et de le guérir.

Toutefois, des progrès sont possibles dans les pays les plus pauvres si des programmes sont élaborés, estime l’OMS.

« Si nous identifions les données scientifiques les plus appropriées à la situation de chaque pays, si nous fondons de solides mesures de lutte contre le cancer sur la couverture sanitaire universelle et si nous mobilisons les différentes parties prenantes pour qu’elles travaillent ensemble, nous pourrions sauver au moins 7 millions de vies au cours de la prochaine décennie », informe Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

 » Il appartient à chaque État de choisir les thérapies innovantes appropriées, tout en reconnaissant que les traitements établis, dont beaucoup sont très efficaces et abordables, peuvent contribuer à lutter contre le cancer sans entraîner de difficultés financières« , propose l’organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »